★ Le forum officiel de l'Association 프랑스 엘프 Line ★
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3

avatar
Nam So Hee || Entertainer
Entertainer

Messages : 8
Date d'inscription : 09/07/2012
MessageSujet: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Mar 10 Juil - 13:53

Titre : Hope is a dream that doesn't sleep (inspiré de l'OST du même nom chanté par Kyuhyun pour le drama Baker King, Kim Tak Gu)
Genre : Romance/Drame/Comédie/Yaoi
Personnages : Super junior 15, autres personnages inspirés d'idoles et personnages fictifs
Résumé : Deux êtres perdus. Deux êtres ayant perdu la personne qu'il aimait. Deux êtres qui ont simplement besoin d'y croire encore... L'avenir des Super Junior est en jeu après un départ précipité pendant qu'une jeune fille comme les autres tente de trouver des réponses à ses questions.
=> Une fanfiction qui s'annonce longue, car l'histoire se veut complexe (d'où le flou du résumé car je ne veux RIEN révéler Smile ). J'espère que vous aimerez ! ENJOY ^^

희망은 잠들지 않는 꿈
L'espoir est un rêve qui ne dort jamais
Hope is a dream that doesn't sleep




내 삶이 하루하루 꿈을 꾸는 것처럼
너와 함께 마주보며 사랑할 수 있다면
다시 일어설 거야


나에게 소중했던 기억속의 행복들
힘든 시간 속에서도 더욱 따스했던
희망은 내겐 잠들지 않는 꿈

수없이 넘어져 비틀대도
나는 이렇게 서 있잖아
내 맘 하나뿐인데
힘들 때면 니가 이렇게 힘이 돼 줄래
너를 향해 영원히

Jour après jour, ma vie est telle un rêve. 
Si nous pouvons nous regarder et nous aimer,
je me lèverai de nouveau.
La joie de ces précieux souvenirs sera pour moi,
Plus intense lors des moments difficiles. 
L'espoir est un rêve qui, pour moi, ne dort jamais. 
Peu importe le nombre de fois que je trébuche et tombe 
Je reste toujours debout de cette façon. 
Je n'ai seulement qu'un coeur. 
Quand je suis fatigué tu deviens ma force. 
Mon coeur restera pour toujours tien. 

Kyuhyun (Super Junior),
Hope is a dream that doesn't sleep

******

Prologue
A glimmer of hope

« Où es-tu ? N'entends-tu pas ma voix ?
Mon coeur peiné te cherche.
Il t'appelle comme un fou. »
Memories, Super
Junior

Lee DongHae

Crois-tu qu'un jour tu seras capable de me pardonner ? De me regarder à nouveau avec tes yeux plein de tendresse ? Avec ton regard pour lequel j'aurais tout donné, même ma vie.
Après tout, les choses devaient probablement se terminer ainsi. Cette histoire était si intense que je devais y laisser jusqu'à la vie. Je devais m'y jeter à corps perdu. Quitte à ne jamais m'en relever.
J'ai été faible, je le reconnais. Mais qui ne l'est pas ? Ce n'était pas toi qui disait que personne n'est parfait ? Voilà, j'ai des milliers de défauts. Je suis loin de te mériter. Mais, malgré tout, en dépit de mes faiblesses, je suis fière de t'aimer. Je crois bien que c'est d'ailleurs ma seule qualité.
Tu voudrais donc gâcher tout ce que l'on a vécu pour une simple erreur ? Quand je dis simple évidemment, je ne dis pas que je ne suis pas fautif. Au contraire, j'ai commis l'irréparable et je me m'en repentirai jusqu'à mon dernier souffle. Quand je dis simple, je la compare plutôt à la force de nos sentiments.
Car, je t'aime. Et je sais que toi aussi. Alors, je te demande, je t'implore, je te supplie de me pardonner. Je sais qu'un jour tu reviendras. J'en suis persuadé.
Quoi qu'il arrive, je t'attendrai. Toujours. N'en doute jamais.

Dong Hae


Il relit patiemment les mots qu'il venait de coucher sur le papier. Ils paraissaient tellement vides de sens tout à coup.
Tellement incapables d'exprimer sa souffrance, sa peine, sa solitude, son amour incommensurable. N'y tenant plus, il déchira la feuille d'un coup sec, des larmes perlant de ses pupilles d'un noir profond mais doux, pour venir s'échouer sans bruit sur le bureau sur lequel il était accoudé. Il se prit la tête dans les mains et resta ainsi, sans bouger, comme si le
temps s'était arrêté.

Un coup frappé à la porte le tira de sa torpeur.

– Donghae ! Appela une voix fluette, d'un ton à la fois ferme mais prudent. Ça fait des heures que tu es enfermé
là-dedans, sors maintenant !

L'intéressé ne prit même pas la peine de répondre. Pour dire quoi ? Comme d'habitude, qu'il voulait être tranquille. Son ami le savait, ils le savaient tous. Mais, il n'y pouvait rien. Ils étaient toujours là pour veiller sur lui. Ils étaient ses anges gardiens, ses frères, ses meilleurs amis, sa famille tout simplement. Famille à laquelle il manquait pourtant un membre désormais...

– Ne crois pas que je vais te laisser tranquille. J'ai l'air calme comme ça, mais si tu ne te décides pas à sortir de ton antre, je vais employer la manière forte.

Donghae rit malgré lui. La manière forte signifiait pour l'intéressé lui parler de ses tortues pendant des heures. Une vraie torture. Comment pouvait-on être capable de disserter pendant des heures sur des TORTUES ? Le comique de la situation ne redonna pas pour autant le sourire à notre amoureux déçu.

Le silence s'installa, seulement interrompu par les sanglots lents -non des violons de l'automne- mais de notre petite loque humaine et les soupirs las de l'ami venu d'une autre dimension. Yesung sembla renoncer car plus aucun son ne se fit entendre de l'autre côté de la porte.
Victoire, pensa Donghae. Victoire qu'il savait de courte durée et qui finalement ne le réjouissait pas tant que ça. S'il se plaisait à se complaire dans sa tristesse, il aurait tout donné pour être sauvé, pour retrouver goût à la vie. Ou étais donc passée cette joie de vivre que tout le monde lui enviait ? Disparue, comme lui. Un matin, sans prévenir. Un matin qu'il
n'oublierait jamais.

Il n'avait aucune notion du temps. Quelle heure était-il ? Quel jour était-on ? Il s'en moquait. Mais, tout once de rationalité ne l'ayant pas encore (totalement) quitté, et persuadé que toute la maisonnée dormait à poings fermés, il se décida à sortir. Pour quoi faire ? Peu importait.
Il se leva avec tout la peine du monde, prenant conscience qu'il était encore en pyjama. Depuis combien de temps exactement ? Il se traîna jusqu'à la porte et l'ouvrit prudemment. Juste au cas où.

La porte s'ouvrit alors dans un grand fracas, poussée dans l'autre sens par une main inconnue.

– Tu en as mis du temps Fishy ! J'ai bien cru que t'étais mort... commença le propriétaire de la main. Il était très grand et arborait un sourire moqueur qui mettait en valeur son visage androgyne.

Heechul. Tout mais pas lui. Pas maintenant. Il n'avait pas eu le temps de se préparer mentalement. Ni physiquement d'ailleurs.

– … remarque je n'étais pas si loin de la vérité ! Constata Heechul, le regard mi inquiet-mi affligé. Tu fais peur à voir mon petit Hae !

– Merci. Je vois que tu es toujours en forme, quelle que soit l'heure, répondit le petit Hae, sans chercher à répliquer. Avec Heechul, il ne fallait même pas y songer. Sinon, on risquait un aller-retour pour l'enfer.

– Enfin bref... Qu'est-ce qui t'as décidé à sortir ? Demanda-t-il, toujours la main sur la porte, bloquant le passage à son interlocuteur. Ma présence te manquait tant que ça ? C'est l'effet que font les stars, tu sais... Je n'y suis pour rien.

– Je t'en prie, tais-toi. Ne prononce plus un mot. Ou je risquerai de dire des choses que je ne pense pas (quoi que). Laisse-moi passer !

– Il est plus de 4 heures du matin. Où comptes-tu aller ? L'interrogea la diva, totalement hermétique aux pics du jeune homme.

– Ça ne te regarde pas... Dégage ! Se surprit-il à crier.

– Petit un, tu ne me parles pas comme ça. Le Donghae que je connais ne m'aurais jamais parlé comme ça. Toute personne sensée ne me parlerait d'ailleurs pas comme ça. Petit deux. Si tu veux aller quelque part, il va te
falloir me passer sur le corps, et même sur celui de tous ceux qui vivent ici.

– Si tu crois que vous allez m'arrêter... soupira Donghae, tu te trompes.

Sur ces mots, il poussa Heechul avec toute la force qui lui restait. Contre toute attente, ce dernier se retrouva vite à terre, venant s'échouer lamentablement sur la petite boule de poil qui passait par là. Heebum, toujours là où on ne l'attend pas. Comme son maître d'ailleurs...

Donghae ne s'en formalisa pas et poursuivit sa route, le couloir étant plongé dans le noir le plus total. Il chercha l'interrupteur à tâtons, ses yeux s'habituant peu à peu à la lumière nouvelle. Il descendit l'escalier et se rendit à la cuisine, seul chemin possible pour atteindre la porte d'entrée.

Grave erreur. Il le savait. Ils étaient tous là. Ils l'attendaient. Il entendit de faibles chuchotis, des raclements de gorges, des soupirs, des rires parfois. Il ne pouvait plus reculer. Entre les affronter et subir les tirades d'Heechul, aucune hésitation. Sans un mot, sans même prendre la peine de lever les yeux, il avança. Tel un condamné allant à la rencontre
de son bourreau. Mon dieu, tout cela virait à la tragédie grecque.

– On t'attendait, murmura une voix faisant écho aux pensées du supplicié. Et ne penses même pas à t'échapper cette fois-ci.

Onze paires d'yeux le fixaient, chacune exprimant une émotion propre. Les pupilles des jeunes hommes assis autour de la grande table de la cuisine oscillaient entre tristesse, colère, tendresse, résignation et espoir.

Ne cherchant pas à lutter, Donghae s'assit à la place laissée libre. Il complétait le cercle. Comme il se devait de le faire. Comme il avait malheureusement cessé de le faire depuis trop longtemps.

– Nous ne cherchons pas à te prendre en traître Donghae. Au contraire, il en va de la survie du groupe et de ta propre survie. Sans toi, on ne peut pas continuer. Et tu le sais.

– Vous vous en sortez pourtant très bien Leeteuk... articula faiblement Donghae, pourtant conscient de la crise sans précédent qu'ils traversaient.

– Ah tu trouves ? Répondit l'intéressé du tac au tac. Je voudrais que tu lèves les yeux et que tu vérifies par toi même ce que tu viens de dire.

Il s'exécuta. Peut être parce que les paroles de celui qui était leur leader sonnaient comme un ordre. Peut être aussi parce qu'il se sentait fautif. Les yeux de Donghae et de ses camarades se rencontrèrent.
Le regard noir de Kyu, le sourire assuré de Siwon, le visage bienveillant de Shindong, la mine délurée de Yesung, la bouille adorable de Sungmin, l'aura étrange de Kangin, la face sans défaut d'Heechul (quant était-il arrivé celui-là), la tête d'enfant d'Henry et les prunelles rassurantes de Zhoumi. Aucun ne manquait à l'appel. Hangeng et Kibum seraient toujours avec eux par la pensée, la distance n'y changerait jamais rien. Il aurait pu les reconnaître entre milles. Et pourtant, il avait l'impression d'être un étranger parmi eux en cet instant.

Tous le regardaient comme s'ils attendaient quelque chose. Une réaction. Un signe. Une solution. Solution que Donghae se sentait bien incapable de leur donner tant l'énigme restait pour lui encore entière. Il ne réussit qu'à baisser la tête, accablé.

– Ça suffit ! Lâcha Kyuhyun qui s' était levé d'un bond et avait tapé du poing sur la table.

Tous sursautèrent. Mais aucun n'osa prononcer un mot.

– On a été patient, même trop, poursuivit-il en fermant les yeux. Je suis sûr que je parle au nom de tous en disant ça. Nous sommes prêts à t'aider, à t'épauler, à te soutenir dans cette épreuve. Nous sommes tous prêts à reconstruire le groupe et récupérer ce que nous avions. Mais tu dois y mettre du tien, tu dois réagir BON SANG !

– Kyu, calme toi, souffla Sungmin qui s'était levé à son tour. Il s'approcha de son ami et le prit tendrement par la taille. Tu sais que ce n'est pas facile pour...

– Mais il est parti ! Le coupa Kyuhyun, s'écartant violemment. Lee Hyuk Jae est parti et il ne reviendra pas !

Tous retinrent leur souffle. Il y avait longtemps que ce nom n'avait plus effleurer les lèvres d'un des Super Junior. Interdit. Tabou. Douloureux.

– Je te défends de prononcer ce nom... articula faiblement Donghae, les larmes qu'il venait d'essuyer coulant de plus belle.

– Et moi je refuse de t'obéir ! Tu dois voir la vérité en face, il n'existe plus à présent ! Reprit le benjamin du groupe, dont chacun de ses mots faisait autant souffrir que les dix autres qui l'entouraient. Tu as vingt-six ans Donghae, tu as toute la vie devant toi et un avenir brillant qui t'attend si tu te décides à te réveiller. Mais, il faut que tu le fasses avant qu'il ne soit trop tard.

– Non, tu te trompes, ma vie est finie ! Hurla presque le jeune homme, comme si c'était une évidence. Je ne suis plus qu'un boulet pour vous tous. La meilleure solution serait pour moi de partir. Avant que je ne vous fasse tous couler.

Il se tenait à présent, debout, tentant de ravaler ses larmes, et fixait Kyuhyun le regard vide.

– Ne t'avises même pas de partir ! Lui assura son cadet, faisant le tour de la table et se plantant devant lui, le regard noir. Ce groupe ne peut exister sans toi.

Il se retourna alors vers le reste des membres, dans l'attente d'un assentiment. Un immense sourire se dessina sur les lèvres de Sungmin, qui peinait à cacher son émotion. Siwon, Shindong, Henry et Zhoumi se tenaient par les épaules et hochèrent de la tête en guise de réponse. Yesung et Ryeowook restaient incrédules, le premier tenant fermement la main du second. Kangin sourit faiblement, ses yeux brillants parlant pour lui et se tournant vers le leader qui se leva à son tour.

– En tant que leader, je ne peux qu'être d'accord avec Kyuhyun. Nous étions ensemble depuis le début et nous le
resterons jusqu'à la fin. Chacun est indispensable.

Durant cette échange, Donghae était demeuré silencieux, perdu dans ses pensées. Voulait-il continuer ? En avait-il la force ? En avait-il même le droit ? Qu'est-ce qui les attendait là-dehors ? Etait-il enfin prêt à faire fi du passé pour aller de l'avant ? Il n'en savait absolument rien tant le trou béant qui se creusait dans sa poitrine l'empêchait d'être rationnel. Tout ce dont il était persuadé, il réussit péniblement à le formuler.

– Mais...mais je... j'ai l'impression d'être aveugle. De de plus entrevoir aucun espoir, avoua-t-il, tombant à genoux.

– L'espoir n'est jamais mort. Il y a toujours une lueur d'espoir quelque part. Et nous allons t'aider à la trouver, lui répondit sagement le maknae en le relevant.

A leur tour, les membres restants des Super junior rejoignirent le duo. Ils entourèrent Donghae de leur bras, dans une étreinte tendre et muette. Personne ne reprit la parole mais chacun le sentait. La solution commençait à émerger. La lueur d'espoir tant recherchée montrait ses premiers rayons. Il ne fallait pas la laisser s'échapper.

****
« Reviens-moi ! J'appelle ton nom toutes les nuits.
Et dans cette attente épuisante, j'erre à ta recherche. »
Memories, Super Junior

Kim Hae Ri

Crois-tu qu'un jour je pourrais te rendre rien ne serait-ce que la moitié de tout ce que tu m'as apporté ? Que je pourrais regarder fièrement la vie comme tu le regarderais, avec tes yeux plein de tendresse. Avec ton regard pour lequel j'aurais tout donné, même ma vie.
Après tout, les choses n'auraient pas du tourner ainsi. Cette histoire n'était pas si importante pour que tu y laisses la vie. Mais il a fallu que tu te sacrifies. Quitte à ne jamais t'en relever.
J'ai été faible, je le reconnais. Mais qui ne l'est pas ? Ce n'était pas toi qui disait que personne n'est parfait ?Voilà, j'ai des milliers de défauts. Je
suis loin de mériter ce que tu m'as donné. Mais, malgré tout, en dépit de mes faiblesses, je suis fière de t'avoir aimé.
Je ne voudrais pas gâcher ce que l'on a vécu en qualifiant ton acte d'erreur. Tu as commis l'irréparable et je m'en repentirai jusqu'à mon dernier souffle.
Car, je t'aime. J'en suis certaine. Alors, je te demande, je t'implore, je te supplie de me dire quoi faire pour te rendre la pareille.

Je trouverai. N'en doutes jamais.

Hae Ri



Elle songea aux paroles qu'elle venait de prononcer. Tout à coup, elles lui parurent bien insuffisantes pour exprimer sa souffrance, sa peine, sa solitude et sa reconnaissance éternelle. N'y tenant plus, elle essuya les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux verts et remis en place ses cheveux d'un noir de jais éparpillés sur son visage d'une blancheur d'ivoire. Elle s'inclina légèrement avant de s'agenouiller. Elle ne bougeait plus, le temps semblant s'être arrêté.

Une voix dans le lointain la tira de sa torpeur.

– Hae Ri ! Appela une voix d'homme. Ça fait des heures que t'es là. On doit rentrer maintenant !

Elle ne prit pas la peine de répondre. Pour dire quoi ? Comme d'habitude, qu'elle voulait être tranquille. Son frère le savait. Mais, elle n'y pouvait rien. Il était son ange gardien, son meilleur ami, son unique famille tout simplement. Famille à laquelle elle avait l'impression qu'il manquait désormais un membre.

– Ne crois pas que je vais te foutre la paix. J'ai l'air sympa comme ça, mais si tu ne te décides pas à bouger, je vais devoir employer la manière forte.

Hae Ri sourit malgré elle. La manière forte signifiait pour l'intéressé la forcer à l'écouter chanter jusqu'à épuisement. Ce n'était pas une torture, au contraire. Comment un démon pouvait-il posséder une voix d'ange pareille ? Mais, le doux son de sa voix ne suffirait pas à apaiser la peine de la malheureuse.

Le silence s'installa, seulement rompu par les sanglots de la jolie coréenne et les grognements las du frère agacé. Ce dernier sembla renoncer car plus aucun son ne résonna dans le lointain.
Victoire, pensa Hae Ri, victoire qu'elle savait pourtant de courte durée et qui ne la réjouissait pas tant que ça. Si elle se plaisait à se noyer dans son deuil, elle aurait tout donné pour être sauvé, pour retrouver goût à la vie. Ou étais donc passée cette joie de vivre que tout le monde lui enviait ? Disparue, comme lui. Un soir, sans prévenir. Un soir qu'elle
n'oublierait jamais.

Elle n'avait aucune notion du temps. Quelle heure était-il ? Quel jour était-on ? Elle s'en moquait. Mais, tout once de rationalité ne l'ayant pas encore (totalement) quitté, et persuadé que son frère était rentré, elle se décida à regagner sa voiture. Pour aller où ensuite ? Peu importe.
Elle se retourna une dernière fois vers lui, avec tout la peine du monde, prenant conscience qu'elle ne tenait plus sur ses jambes. Depuis combien de temps exactement était-elle agenouillée là ? Elle se traîna jusqu'à l'entrée avant d'ouvrir la porte dans un grincement strident. Elle détestait vraiment cet endroit.

La porte se referma alors dans un grand fracas, poussée dans l'autre sens par une main d'homme.

– Tu croyais vraiment que t'allais te débarrasser de ton petit frère comme ça. Tu rêvais ! commença le jeune homme, arborant un sourire fier.

Il était grand mais avait gardé un visage d'enfant. Ses pupilles d'une douce teinte brune reflétaient la bonté et la malice. Ses cheveux bruns en fouillis retombaient sur ses pommettes saillantes. Onew. Elle ne voulait pas le voir. Pas maintenant. Elle n'avait pas eu le temps de se préparer mentalement. Ni physiquement d'ailleurs.

– Remarque, tu devais probablement t'être endormie... Constata le plus jeune, le regard mi inquiet-mi affligé. Tu fais peur à voir Noona !

– Merci. Je vois que tu es toujours en forme, quelle que soit l'occasion, répondit Hae Ri, sans chercher à répliquer. Avec Onew, il ne fallait même pas y songer. Sinon, on risquait un aller-retour pour l'enfer.

– Enfin bref... Qu'est-ce qui t'as décidé à revenir ? Demanda-t-il toujours la main sur la porte, bloquant le passage à l'objet de son attention. Mes blagues te manquaient tant que ça ? Je suis hilarant je sais... Je n'y peux
rien.

– Je t'en prie, tais-toi. Ne prononce plus un mot. Ou je risquerai de dire des choses que je ne pense pas (quoi que). Laisse-moi passer !

– Il est plus de minuit. Où comptes-tu aller ? L'interrogea Onew, totalement hermétique aux pics de son aînée.

– Ça ne te regarde pas... Dégage ! Se surprit-elle à crier.

– Petit un, tu ne me parles pas comme ça. Ma soeur ne m'aurait jamais parlé comme ça. Toute personne sensée ne me parlerait d'ailleurs pas comme ça. Petit deux. Si tu veux aller quelque part, il va te falloir me passer sur le corps, et même sur celui de tous ceux qui m'ont accompagné. Qui avait-il amené encore ?

– Si tu crois que vous allez m'arrêter... soupira Hae Ri, tu te trompes.

Sur ces mots, elle poussa Onew avec toute la force qui lui restait. Contre toute attente, ce dernier se retrouva vite à terre, venant s'échouer lamentablement sur un buisson qui n'avait vraiment rien à faire là. Hae Ri ne s'en formalisa pas et poursuivit sa route, l'allée étant plongée dans le noir le plus total. Elle chercha son téléphone dans la poche de sa veste,
ses yeux réagissant mal à la lumière vive dégagée par le petit écran. Elle descendit l'escalier qui menait au parking, seul endroit où elle se souvenait avoir laissé sa voiture.

Grave erreur. Elle le savait. Ils étaient tous là. Ils l'attendaient. Elle entendit de faibles chuchotis, des raclements de gorges, des soupirs, des rires parfois. Elle ne pouvait plus reculer. Entre les affronter et subir les stupidités de son débile de frère, aucune hésitation. Sans un mot, sans prendre la peine de lever les yeux, elle avança. Telle une condamnée
allant à la rencontre de son bourreau. Mon dieu, tout cela virait à la tragédie grecque.

– On t'attendait, murmura une voix faisant écho aux pensées de la suppliciée. Et ne penses même pas à t'échapper cette fois-ci.

Quatre paires d'yeux la fixaient, chacune exprimant une émotion propre. Les pupilles de ses camarades plantés devant sa voiture oscillaient entre tristesse, colère, tendresse, résignation et espoir.

Ne cherchant pas à lutter, Hae Ri s'avança face à eux. Elle complétait le groupe. Comme elle se devait de le faire.Comme elle avait malheureusement cessé de le faire depuis trop longtemps.

– Nous ne cherchons pas à te prendre par surprise Hae Ri-ah. Au contraire, il en va de ta survie. Sans toi, on ne peut pas continuer. Et tu le sais.

– Vous vous en sortez pourtant très bien Kevin... articula faiblement l'intéressée.

– Ah tu trouves ? Répondit l'intéressé du tac au tac. Je voudrais que tu lèves les yeux et que tu vérifies par toi même ce que tu viens de dire.

Elle s'exécuta. Peut être parce que les paroles de son meilleur ami sonnaient comme une supplication. Peut être aussi parce qu'elle sentait fautive. Les yeux de Hae Ri et de ses camarades se rencontrèrent.
Le regard joueur de Joon, la posture assurée de Hyohyeon, la bouille irrésistible de Min, le sourire naïf d' Onew (quand était-il arrivé celui-là) et évidemment le visage angélique de Kévin. Aucun ne manquait à l'appel. Elle aurait pu les reconnaître entre milles. Et pourtant, elle avait l'impression d'être un étrangère parmi eux en cet instant. Tous la
regardaient comme s'ils attendaient quelque chose. Une réaction. Un signe. Une solution. Solution que Hae Ri se sentait bien incapable de leur donner tant l'énigme restait pour elle encore entière. Elle ne réussit
qu'à baisser la tête, accablée.

– Ça suffit ! Lacha le dénommé Joon perdant sa sempiternelle bonne humeur. Tous frémirent. Mais aucun n'osa ouvrir la bouche.

– On a été patient, même trop, poursuivit-il en fermant les yeux. Je suis sûr que je parle au nom de tous en disant ça. Nous sommes prêts à t'aider, à t'épauler, à te soutenir dans cette épreuve. Nous sommes tous prêts t'aider dans ta convalescence et t'aider à faire ton deuil. Mais tu dois y mettre du tien, tu dois réagir BON SANG !

Le jeune homme, à la voix forte, qui ne laissait jamais sa joie de vivre être entamée, était méconnaissable.

– Joon, calme toi... souffla la jolie Min. Elle s'approcha de son ami et le prit tendrement dans ses bras. Tu sais que ce n'est pas facile pour...

– Mais il est parti ! Le coupa Joon, s'écartant violemment. Choi Dong Wook est parti et il ne reviendra pas !

Tous retinrent leur souffle. Il y avait longtemps que ce nom n'avait plus effleurer les lèvres d'un des inséparables amis. Interdit. Tabou. Douloureux.

– Je te défends de prononcer ce nom... articula faiblement Hae Ri, les larmes qu'elle avait essuyées coulant de plus belle.

– Et moi je refuse de t'obéir ! Tu dois voir la vérité en face, il n'existe plus à présent ! Reprit le jeune homme dont la colère déformait les traits. Kim Hae Ri, tu as 23 ans et désormais toute la vie devant toi. Un avenir
plein de promesses t'attend si tu te décides à te réveiller. Mais, il faut que tu le fasses avant qu'il ne soit trop tard.

– Non, tu te trompes, ma vie est finie ! Hurla presque la jeune fille, comme si c'était une évidence. Je ne suis plus qu'un boulet pour vous tous. La meilleure solution serait pour moi de cesser de me battre. Avant que je devienne un fardeau pour vous tous.

Elle se tenait à présent droite comme un i, tentant de ravaler ses larmes, et fixait Joon le regard vide.

– Ne t'avises même pas d'y penser ! Lui assura son cadet, venu se planter devant elle. On ne peut pas vivre sans toi.

Il se retourna alors vers le reste des membres, dans l'attente d'un assentiment. Hyohyeon lui lança un clin d'oeil complice. Min leva le pouce de la victoire avant de gratifier Hae Ri d'un magnifique sourire. Ce petit rayon de soleil,petite par la taille mais grande par le tempérament, ne put s'empêcher de lancer un coup de coude à Kévin qui ne s'était
pas encore exprimé.

– Je ne peux qu'être d'accord avec Joon, finit-il par articuler. Nous sommes tous tes amis quoi qu'il arrive. On ne peut rien faire sans toi.

Durant cette échange, Hae Ri était demeurée muette, perdue dans ses pensées. Voulait-elle se battre ? En avait-elle encore la force ? En avait-elle même le droit ? Qu'est-ce qui l' attendait là-dehors ? Était-elle enfin prêt à faire fi du passé pour aller de l'avant ? Elle n'en savait absolument rien tant le trou béant qui se creusait dans sa poitrine, malgré son coeur battant d'une vigueur nouvelle, l'empêchait d'être rationnelle Tout ce dont elle était persuadée, elle réussit péniblement à le formuler.

– Mais...mais je... j'ai l'impression d'être aveugle. De de plus entrevoir aucun espoir depuis..., avoua-t-elle, tombant à genoux.

– L'espoir n'est jamais mort. Il y a toujours une lueur d'espoir quelque part. Et nous allons t'aider à la trouver, lui répondit sagement Joon en la relevant et en la serrant tendrement dans ses bras.

A leur tour, les amis se rapprochèrent de l'objet de toutes les inquiétudes. Ils entourèrent Hae Ri de leur bras, dans une étreinte tendre et muette. Personne ne reprit la parole mais chacun le sentait. La solution commençait à émerger. La lueur d'espoir tant recherchée montrait ses premiers rayons. Il ne fallait pas la laisser s'échapper.

Deux êtres perdus. Deux êtres ayant perdu la personne qu'il aimait. Deux êtres qui ont simplement besoin d'y croire encore...

*

**********************************************************************

CHAPITRE 1
To force the hand of destiny


« Je suis ici pendant que tu cherches sur la rive opposée
Les jours et les nuit s'écoulent entre nous »
Destiny, Super J
unior M

Lee Dong Hae

(Flashback)
Il ne pouvait y croire. Son modèle, son confident, son pilier n'était plus. Il s'en était allé, emporté par cette traîtresse de maladie qui n'avait pas eu la moindre pitié pour cette être d'exception. Comment allait-il pouvoir continuer sans lui à ses côtés, sans celui grâce auquel il a eu le courage de poursuivre son rêve ? Comment allait-il pouvoir porter le poids de la douleur sur ses frêles épaules ?
Ce fut au moment où il se sentit couler qu'il le rattrapa. Il n'était pas seul. Il ne l'avait jamais été. Il avait simplement été trop aveugle pour le voir. Son ange blond l'avait sauvé. Il était près de lui lorsque la dernière rose fut jetée sur le cercueil de son défunt père.

Tu pourras toujours compter sur moi. Quoi qu'il arrive. Où que tu sois. Je t'aime et ce pour le restant de mes jours, lui avait-il murmuré, l'enserrant de ses bras, les yeux embués de larmes.

Cette déclaration soudaine, après des années d'amitié, s'était imposée aux deux hommes sans l'ombre d'un doute.
Il avait été là durant les mois de deuil qui avaient suivi.

Tu pourras toujours compter sur moi. Dans les bons comme dans les mauvais moments. Tu ne pourras jamais oublier mais je peux t'aider à vivre avec.

Et il avait encore été là par la suite. Et il ne partirai pas. Jamais. Il le lui avait promis.

Tu pourras toujours compter sur moi. Je me fiche de ce qu'on peut bien raconter sur notre compte.

Ils ne peuvent pas comprendre et je ne veux pas qu'ils comprennent, m'assurait-il il n'y a encore pas si longtemps. Ce jour-là, il lui avait fait l'amour comme jamais auparavant. Comme s'il cherchait à lui démontrer tout l'amour qu'il avait accumulé jusque là. Il l'avait embrassé comme s'il voulait lui transmettre toutes ses pensées les plus profondes par ce chaste contact.
(Fin du flasback)

– Hyuk Jae !

Donghae se réveilla en sursaut, trempé de sueur et secoué de tremblements. Soudain, il fondit en larmes, redressé sur son lit. Il se prit la tête dans les mains, comme pour chasser les images de son amour qui ne le quittaient pas.
Son visage d'ange, ses lèvres délicates, ses yeux d'un noir profond, son parfum indescriptible, ses mains...

– Donghae ! Ca va ?

Sungmin qui dormait dans le lit voisin, s'était précipité sur son ami, alerté par son comportement.Il le prit dans ses bras et lui caressa les cheveux, tentant vainement de le rassurer.

– Encore un de tes cauchemars, c'est ça ? Demanda le jeune homme inquiet, même si sa question n'attendait aucune réponse. Calme-toi, je suis là, ça va aller. Rendors-toi...

Cette petite tête blonde avait ce pouvoir indescriptible d'apaiser les gens. Etaient-ce ses paroles rassurantes, son étreinte chaleureuse, son regard bienveillant ou tout simplement sa présence ? Donghae n'en savait rien. Mais, une chose était sûre : lui seul était capable de le calmer instantanément. Le brun rebascula bien vite dans le sommeil, toujours bercé par la voix de son ami.
Donghae dormit d'un sommeil sans rêve, chose qui ne lui était pas arrivée depuis des siècles. Il se réveilla donc sans mal, les faibles rayons du soleil venant se perdre sur les traits fatigués, mais toujours parfaits, de son visage.
Il descendit à la cuisine où régnait une effervescence bien inhabituelle en ces temps de crise.

– Si tu crois que je ne t'ai pas vu Heechul, repose ce bol il n'est pas pour toi !

– Yaaaah laisse-moi tranquille Wookie, il doit encore être en train de comater, je peux le finir !
Répondit la diva, bien décidée à avoir sa double ration de café.

– Le comateux aussi te souhaite le bonjour Chullie ! Clama Donghae, un petit sourire aux lèvres.

– Hyung ! S'exclama Ryeowook ravi en le prenant dans ses bras. Viens donc t'asseoir et ne fais pas attention à cette chose qui parle !

– Tu sais ce qu'elle te dit la chose ? Intervint l'intéressé.

– LA FERME ! S’écrièrent à l'unisson le reste des Super Junior, Donghae y compris.

Ce dernier se mit à rire franchement. Mais pas de ce rire faux derrière lequel il se cachait depuis des mois. Non, son rire clair et fier qui le caractérisait. Qui lui avait valu la sympathie de tous et aurait pu aisément mettre fin à tout conflit.

– C'est bon de te revoir rire Hyung... commenta Kyuhyun, levant à peine les yeux de sa console
-décidément certaines choses ne changeraient jamais-.

– C'est vrai que ça fait longtemps... nota Donghae, persuadé que la conversation de la veille avait commencé d'atténuer les tensions qui persistaient depuis des mois.

« Chronique Musique
Les Super Junior, groupe autrefois incontournable de la Hallyu, semble aujourd'hui au bord du gouffre. Seront-ils capables de remonter la pente avec un membre disparu et un autre en dépression ? A suivre dans notre rep.. »


– Coupe-moi ça ! Ordonna le leader à l'adresse de Yesung, scotchée devant la télévision, dans la salle attenante à la cuisine.

Contre toute attente, la tortue (oui oui) s'exécuta et vint se rasseoir à la table, sans un mot.

– C'est de ma faute tout ça... articula Donghae, n'osant même plus toucher à son café.
– Ne dis pas n'importe quoi ! Tout ça ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. On en a connu des épreuves, c'est pas celle là qui va nous arrêter. Bientôt les Super Junior seront de retour ! Fais-nous confiance ! assura Lee Teuk, éternel optimiste, qui peinait tout de même à cacher son inquiétude.
– A ce propos, j'ai eu une idée ! S'écria sans prévenir (pour changer) Heechul, donnant au passage un coup de poing à Sungmin, assis à côté de lui, provoquant la chute de leurs deux bols.
– Non mais quel danger public ce mec ! Soupira Ryeowook, s'emparant d'une éponge pour venir
réparer les bêtises de son aîné. Alors c'est quoi cette idée brillante, madame la star ? Demanda-t-il tout de même.
– Faut qu'on marque un grand coup pour notre comeback ! Cette fois, ça passe ou ça casse. Les ELF sont toujours à nos côtés mais si on veut être surs qu'elles le restent, il faut leur en mettre plein la vue.

Donghae ne manqua pas de soupirer. L'idée était bonne, l'enthousiasme était là. Mais, il fallait voir la réalité en face : il s'agissait de la plus grande crise que le groupe avait jamais traversée. Des années de travail ruinées en quelques jours. Des années de travail anéantis par une presse assassine. Y avait-il encore un espoir ?

– Pour une fois nous sommes d'accord... se moquèrent Kyu et Sungmin, se lançant un regard complice.
– On est de la partie ? S'enquirent Henry et Zhoumi, venus en visite.
– EVIDEMMENT ! Affirmèrent-ils tous à l'unisson.

Donghae hocha la tête malgré tout. Il ne pouvait se permettre d'être un fardeau plus longtemps.

– Bon, vous allez me laisser parler oui ! C'est incroyable ça, je vous ai déjà dit que je déteste être interrompu quand je....

– Accouche ! Acheva Siwon avec un rictus mauvais.
– On va produire notre propre album ! Du début à la fin. Les chansons, les clips, les albums, les
concerts, etc... enchaîna d'une traite le petit génie, décidément très sûr de lui.
– Et comment on fait-ça banane ? On braque une banque ? Se moqua le maknae.
– Merci Kyu, comme d'habitude tes remarques me vont droit au coeur... se désola Heechul. Bref, je pensais à une production petit budget. Rien à avoir avec les délires hors de prix de nos albums précédents. Il s'agirait d'un album plus... comme nous.
Le reste des membres restèrent sans voix. Ils se lançaient des petits regards en coin, guettant les réactions des uns et des autres.
– Et bien... se décida Donghae en rompant le silence, même si je me demande comment Heechul sera capable de renoncer à ses privilèges de starlette, je trouve que c'est plutôt une bonne idée... Même si,bien sûr, je ne suis pas vraiment légitime à donner mon av...
– Merci Donghae ! Clama Heechul lui donnant une violente tape dans le dos qui valut à l'intéressé de s'étouffer avec la tartine qu'il venait d'engloutir. Who's in ?
– Ton accent anglais me désespère... nota Henry, un grand sourire sur les lèvres.
– Oh toi le canadien la ramène-pas !
– Moi je suis pour ! Affirma Sungmin en se levant d'un bond.
– Moi aussi ! Continua Yesung, revenu sur terre juste donner son avis avant de repartir bien vite dans ses songes.
– De même ! Fit Ryeowook, tout excité.

Le reste des Super Junior donna son assentiment, non sans une certaine dose de cris de joie et d'embrassades.

– Je suis vraiment fière de vous les enfants, remarqua le leader, les yeux humides, vous avez bien grandi ! Uri neun Super Junior...
– Oheyo ! S'écrièrent les 12 garçons en effectuant le signe que chaque ELF pourrait reproduire les yeux fermés.

Douze coeurs qui semblaient battre à nouveau, chacun se calant sur un rythme identique. Parmi eux, un coeur plus fragile que les autres. Un coeur qui, malgré tout, semblait revenir à la vie.

**


« Il n'y a pas besoin de mot en usant de nos regards
Nous devons juste écouter en nous regardant l'un et l'autre dans les yeux »
Destiny, Super Junior M

Kim HaeRi

(Flashback)
Il était encore en retard. Pour changer. Qu'importe, elle avait tout le temps. Les minutes qui passaient ne lui semblaient plus si menaçantes depuis qu'elle l'avait rencontré. Lorsqu'ils étaient ensemble, ils étaient comme coupés du monde. Livrés à eux-même, et bien contents de l'être. Personne ne pouvait venir briser la bulle qu'ils avaient mis du temps à construire.
Ils se retrouvaient souvent à cet endroit, perdu en bord de mer. Loin du bruit de la civilisation. L'île sur laquelle ils vivaient avait beau être vaste, il était difficile d'y trouver un coin tranquille. Pourtant, ils l'avaient déniché, là, tout près d'une plage déserte, à l'abri du vent.
Elle était assise sur le banc qui, elle le réalisait encore aujourd'hui, avait pour ainsi dire toujours été là. Comme s'il avait attendu que quelqu'un vienne s'y asseoir. Deux ans maintenant que le banc avait trouvé son bonheur.

– Hae Ri-ah ! L'interpella une voix douce qu'elle pourrait reconnaître les yeux fermés.
Le nouvel arrivant avait posé un bras sur son épaule, forçant la jeune fille à se retourner. Une silhouette élancée, de courts cheveux bruns retombant sur un visage aux traits d'une finesse remarquable, de profonds yeux noirs et brillants et des lèvres fines cachant un sourire étincelant qui en aurait fait craqué plus d'une. Un véritable appel à la luxure...

– Dong Wook-ah, toujours aussi ponctuel, remarqua-t-elle, sans pour autant perdre son sourire.
– Qu'est-ce que tu veux, je suis très demandé !
– Sur une île de seulement quelques kilomètres... Je t'en prie !
– Ce n'est pas la quantité qui compte mais la qualité, l'assura son ami, en venant s’asseoir auprès d'elle.

Un long silence s'installa. Mais il ne traduisait aucune gêne entre les deux amis. Ils pouvaient passer d'interminables minutes à simplement s'observer et se laisser bercer par la brise marine. Dong Wook avait toujours été un garçon mystérieux. Depuis leur rencontre, insolite s'il en est, Hae Ri savait qu'il avait des secrets et qu'il les lui faudrait percer.
Toutefois, la jeune fille cachait également un secret des plus douloureux. Secret qu'elle s'apprêtait d'ailleurs à lui annoncer. C'était aujourd'hui ou jamais. Hae ri avait rassemblé tout son courage mais était envahie par la peur. Peur de le perdre. Peur de se retrouver livrée à elle-même. Peur de disparaître.
Après de longues minutes, l'hésitante décida de rompre le silence.

– Wook je...
– Oui ? L'encouragea son ami, plongeant ses iris d'un noir de jais dans celles d'un vert émeraude de la jeune fille.
– Je... J'ai quelque à te dire. Mais, je ne sais pas vraiment pas où commencer...
– Tu sais bien que tu peux tout me dire. Je t'écoute, lui assura le brun avec une sincérité dont personne ne saurait douter, et surtout pas sa meilleure amie.

Hae ri déglutit et prit une profonde inspiration. Elle d'habitude si sûre d'elle, avait perdu toute confiance en elle. Pourtant, elle était persuadée qu'il ne la jugerait pas. Comme toujours.

– Je... je suis malade, commença-t-elle faiblement.
– Tu ne te sens pas bien ? Tu veux que je t'emmène chez le médecin ? Demanda Dong Wook, visiblement très inquiet.
– Non, tu ne comprends pas. Je suis MALADE.
Elle avait détaillé chaque syllabe. Le message était passé et la nouvelle sembla faire son chemin dans la tête de son meilleur ami. Il la fixa avec ses prunelles humides, oscillant entre compassion et incompréhension.
– Mais est-ce que tu... tu vas... hésita-t-il des larmes perlant désormais aux coins de ses jolis yeux.
Il ne lui avait pas demandé depuis combien de temps elle le savait. Si Hae ri lui en parlait maintenant, c'était sa décision. Mais, il s'était senti obligé de poser cette question fatidique, qu'il ne réussit pourtant pas à formuler jusqu'au bout. Et si...
– Oui, il ne me reste plus beaucoup de temps, répondit-elle après une longue minute de silence.
– Je refuse que tu meures, poursuivit-il, d'un air catégorique, l'enlaçant tendrement. Je jure que je ne laisserais jamais une telle chose arriver. Tu as confiance en moi ?

Pour toute réponse, Hae ri hocha la tête, encore enfouie dans le coup de son bel ami. Son coeur battait à tout rompre, il battait encore, il n'allait peut être plus battre très longtemps.

(Fin du flash back)
Hae ri se réveilla en sursaut, trempée de sueur et secouée de tremblements. Soudain, elle fondit en larmes, redressée sur son lit. Elle se prit la tête dans les mains, comme pour chasser les images de son meilleur ami qui ne la quittaient pas. Son visage d'ange, son étreinte rassurante, ses yeux emplis de larmes...

– Dong Wook-ah ! Appela-t-elle dans le vide.
Le vide que la disparition de son ami avait laissé dans son coeur l'empêchait de dormir toutes les nuits. Pas un soir elle ne s' était assoupi sans l'image de ces yeux figés par la peur. La soudaineté de l'accident lui avait laissé un masque d'horreur qui n'enlevait pourtant rien à sa beauté. Ce souvenir peuplait ses songes, habitait ses cauchemars, guidait ses pas et l'empêchait de vivre. La vie lui avait donné une deuxième chance, mais elle l'aurait
refusé si elle en avait eu l'occasion. A quoi bon maintenant qu'il n'était plus là pour s'en réjouir à ses côtés ?

– NOOOOOOOOOOOOOONA !

Un cri strident déchira le silence qui régnait dans l'habitacle. Onew venait de pénétrer dans la chambre, complètement débraillé mais le visage radieux.

– Quoi encore ? Demanda sa soeur, totalement épuisée par ses insomnies à répétition.

Onew aurait pu avoir l'air inquiet. Il l'était, naturellement, mais cette situation durait depuis bien trop longtemps pour qu'il ne s'en s'alarme chaque matin. Il choisit donc de l'ignorer royalement.

– Ils ont aimé ma vidéo ! Je vais passer l'audition de la SM à Séoul ! Tu y crois ça ?
– Félicitations... articula péniblement Hae ri, se levant de son lit, dans un état de semi-coma (ou son état permanent)
– Quel enthousiasme ! Railla le plus jeune, sans pour autant se laisser démonter. On parle de mon rêve là je te signale, ce pour quoi je me suis battu !

La dernière phrase sonnait comme un reproche. Hae ri était pourtant tellement fière de son frère. Son talent était enfin reconnu et le monde découvrirait enfin cette voix qui ne cessait de l'émouvoir, la faisait passer du rire aux larmes et la berçait dans tous les moments difficiles. Elle aurait voulu lui montrer son admiration, le prendre dans ses bras et lui souhaiter bonne chance. Mais les mots restaient désespérément coincés dans sa gorge, son corps ne bougeait pas d'un millimètre et les mots ne voulaient pas sortir.

Onew resta un instant silencieux, l'air grave. Il finit par s'approcher doucement de sa soeur, toujours figée. L'entourant de ses bras, il la ramena contre lui et posa sa tête contre sa nuque.

– Ne t'inquiètes pas Noona.. chuchota-t-il comme s'il s'agissait d'un grand secret, je ferais tout pour que tu retrouves ton sourire.
– Je suis désolée... parvint à articuler Hae ri, le corps secoué de sanglots. Je suis la pire grande soeur qui existe.
– Ne dis pas n'importe quoi ! Répondit le jeune homme. Il va simplement te falloir du temps. Et surtout un nouveau départ !
– Je sais... admit-elle, mais tout sur notre île me rappelle Wook. Où que j'aille, je sens sa présence. J'ai toujours l'impression qu'il va apparaître au coin de la rue, tu comprends ?

Il y avait bien longtemps qu'elle ne s'était pas confié à son frère. Ni même à ses amis. Elle se livrait sans retenue, lâchant tout ce qu'elle gardait sur le coeur depuis des mois. Hae ri tournait en rond sur l'île où elle avait passé toute sa vie. Ce petit coin de terre semblait ne plus vouloir d'elle.
– Evidemment que je comprends Noona. Ne pense pas que je vais partir à Séoul en te laissant derrière moi. Tu m'accompagnes et naturellement... tu n'as pas ton mot à dire, acheva-t-il, gratifiant l'intéressée d'un sourire radieux.

Aller à Séoul ? La capitale. La ville où tous les rêves se réalisent. Un bien beau tableau mais mine de rien, Hae ri n'avait jamais quitté son petit coin de paradis. Ici, tout le monde se connaissait, aucun secret ne pouvait être gardé, la vie de chacun était tracée depuis sa naissance. Était-elle prête à affronter la grandeur, la froideur, les troubles de la grande ville ?
L'heure était venue de faire un choix. Continuer à se morfondre sur son île et à ressasser le passé ? Partir à l'aventure dans un endroit inconnu sans but précis ? La proposition de son frère sonnait comme un ultimatum, mais également comme une chance, un espoir. Or, Hae ri avait cruellement besoin d'espoir. Et puis, elle avait fait une promesse à Dong Wook. Une promesse qu'elle se devait de tenir et qui valait encore la peine de se battre.
Elle devait partir à la recherche du passé de son ami perdu. Était-ce donc la solution ? Etait-ce le moyen pour elle de se racheter ?
Pour l'heure, la jeune femme se sentait prête. Son coeur semblait battre à nouveau. Faiblement, par à coups. Mais il battait. En cet instant, elle se sentait revenir à la vie.


Dernière édition par Nam So Hee le Mar 28 Aoû - 12:37, édité 2 fois
avatar
Kae Chan Ra || Super Fans
Super Fans

Messages : 174
Date d'inscription : 21/08/2012
Age : 21
Localisation : 63
MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Dim 26 Aoû - 22:22

J'aime bien ta fanfic !
Pauvre Eunhyuk disparu... Fini le Eunhae :'(
Je pense que cela va être une belle histoire Smile
La suite ? Wink
https://www.facebook.com/andrea.jamet.9
avatar
Nam So Hee || Entertainer
Entertainer

Messages : 8
Date d'inscription : 09/07/2012
MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Lun 27 Aoû - 12:56

J'avais zappé que j'avais publié ici Surprised *babo*
Voilà la suite Smile
Merci pour ton commentaire ^^
J'espère que tu aimeras la suite ! Very Happy


Chapitre 2
To find away

«  Un jour, notre tour viendra
Les souvenirs que tu ne peux délaisser
Les peines que tu as connu et les rêves que tu avais
Emporte-les avec toi »
Way, Super Junior

Lee Dong Hae

Il était tôt. Très tôt même. Le soleil était à peine levé mais chatouillait de ses premiers rayons la fenêtre de la chambre d'un beau jeune homme assoupi. Imperturbable, il continuait de dormir.

Un ange. Un bel ange dont les traits semblaient sortis de l'imagination d'un grand peintre. Un ange inconsolable. Un bel ange dont les traits semblaient déformés par les cauchemars qui peuplaient ses nuits. Un ange perdu. Un bel ange dont les traits tirés semblaient traduire l'inquiétude et le remord. Un ange pourtant bien humain. Un bel ange dont les traits vieillis semblaient prédire les épreuves à venir.

Peut-être conscient d'être observé, l'objet de notre attention ouvre péniblement un œil. Une petite bille chocolat empreinte de fatigue et de lassitude. Finalement, il se lève brusquement, repoussant ses draps et manquant de défaillir. Il reprend ses esprits et s'étire doucement, lâchant un bâillement discret. Il se retourne et semble chercher quelque chose. Son téléphone. Posé négligemment sur la table de nuit. Il regarde l'heure et semble réfléchir un instant.

En vérité, il est en train de penser que ces matins silencieux sont devenus un privilège. Dans le secret de sa chambre, il échappe à l'agitation du dehors. A ce monde impitoyable qui a cessé d'être son ami. A ce monde peuplé de briseurs de rêves. A ce monde qu'il fuyait depuis trop longtemps. A ce monde qu'il se doit maintenant d'affronter. Une fois la porte ouverte, il serait happé dans cette tornade impitoyable le forçant à se montrer irréprochable, quoi qu'il arrive.

Puis, ses yeux tombèrent sur la petite tête blonde qui dormait dans le lit voisin. Une vague d'affection et de fierté envahit alors le jeune homme. Lui valait la peine qu'il continue à se battre. Ils en valaient tous la peine. Les autres membres et tous ceux qui les avaient toujours soutenu. Leur amitié était faite pour durer éternellement, il ne devait jamais l'oublier. Ever Lasting Friends... tout était dit.

Un sourire aux lèvres, il sortit de son cocon pour partir récupérer ce qui lui revenait de droit. Le couloir était désert. Personne ne serait levé à cette heure-là. Et surtout pas après la discussion animée de la veille, la proposition de Heechul ayant déchaîné les passions. Ils devaient agir, et vite. Pourquoi ne pas commencer tout de suite, se demanda le jeune Donghae, soudain plein de volonté après des mois de coma.

Une douche revigorante et un ravalement de façade (bien inutile pourtant) plus tard, le jeune coréen se dirigea vers un endroit qu'il redoutait. Un endroit qui lui manquait autant qu'il l'effrayait. Un endroit où tout avait commencé et où tout finirait, il en était certain. Une fois devant la porte, il marqua l'arrêt et ferma les yeux. Quelqu'un était là. Le doux son d'un piano se fit entendre et une sublime voix grave s'élèva. Kyuhyun l'avait donc devancé.

Donghae s'apprêtait à entrer, une main sur la poignée, quand il fut soudainement envahi par une vague de doutes. Tellement de choses étaient arrivés depuis son départ. Tellement de questions restaient encore sans réponse. Le plus jeune du groupe et lui avaient été si proches par le passé que Donghae était peiné de constater le fossé qui les séparait désormais. Pourtant, la musique les avait fait se rencontrer. La musique finirait forcément par les réunir. La musique leur viendrait tous en aide. Ravalant ses noires pensées, il entrouvra la porte avant d'y glisser sa petite tête.

Kyuhyun ne l'avait pas entendu. Il était de dos, la tête baissée, ses doigts délicats filant avec grâce sur les touches de l'instrument.

" 우린, 수 년 전에 처음 만나 첫 눈에 사랑에 빠져버렸고"
Nous nous somme rencontrés il y a des années et ce fut le coup de foudre

Une nouvelle chanson ? Ces paroles n'évoquaient rien à Donghae. A la réflexion, eux aussi s'étaient rencontrés il y a des siècles... Il se pencha davantage pour écouter la suite.

" 내가 어딜 가든 마치 그림자처럼 내 곁에 서 있고"
Où que j'aille, tu es à mes côtés, tu me suis comme mon ombre.

Sa console de jeux peut être ? Donghae sourit à cette pensée, imaginant le maknae chanter fièrement son amour à son objet fétiche face à un parterre de fans. Qui sait pourtant quand ils pourraient à nouveau fouler une scène ?

" 아플 때에도 내가 무너질 때도 그녀만..."
Plus le temps passe, plus les preuves de notre amour ne manquent p...

Le benjamin du groupe avait brusquement arrêté de jouer. Il se retourna lentement vers la porte, apercevant notre petit ange. Ce dernier lui adressa un immense sourire, traduisant son embarras. Ne prenant nullement la peine de se justifier, Donghae entra dans la pièce. Ce dernier ne put s'empêcher d'ouvrir de grands yeux, semblant redécouvrir un lieu dans lequel il avait pourtant déjà passer nombre de nuits blanches.

Entre le sublime piano à queue, les multiples guitares accrochées au mur, la batterie flambant neuve, les partitions vides traînant sur le sol, Donghae se sentit à nouveau lui-même. Sa première passion avait beau être la danse, il aimait composer. Il trouvait fantastique de pouvoir coucher ses sentiments les plus profonds sur le papier, c'était pour lui comme une libération, un exutoire. Enchaîner le moindre pas de danse était devenu bien trop douloureux à présent. La faute à qui...

- Qu'est-ce que tu fais là ? Demanda le maknae, son regard oscillant entre la gêne et l'inquiétude.

- Je venais chercher l'inspiration... répondit doucement le plus vieux, toujours un sourire étincelant sur les lèvres. Je vois que toi tu l'as déjà trouvé !

- Oh ça, ce n'était rien...

- Moi j'ai trouvé ça très bien pourtant... Tu... tu as rencontré quelqu'un ? Se risqua-t-il, étonné de son aplomb soudain.

- Pourquoi ? Ça t'intéresse ? Enchaîna l'intéressé froidement.

Kyuhyun n'avait donc pas oublié. Le contraire aurait étonné son aîné. Le regard perçant que lui lançait à présent le plus jeune lui donnait envie de disparaître.

- Évidemment... nous sommes amis après tout, acquiesça Donghae, sincère.

-Ah vraiment ? Ironisa la voix grave du jeune chanteur. Si tu le dis alors... acheva-t-il, comme s'il cherchait à s'en convaincre lui-même.

- Kyu je... tenta Donghae, pas le moins du monde préparé à avoir à nouveau cette discussion.

- Laisse tomber... le coupa le chanteur, l'air blasé.

Un silence pesant s'installa. Leur yeux se rencontrèrent. Les pupilles chocolat du plus vieux et celles plus sombres du plus jeune semblaient se livrer une bataille sans merci. Le regard de Kyuhyun était empreint de colère mais plus encore d'une grande culpabilité. Les prunelles de Donghae reflétaient le même sentiment mais trahissaient également l'immense tristesse qui ne le quittait pas depuis des mois.

- Écoute, reprit le danseur, je pourrais m'excuser pour mon comportement de ces derniers mois, mais je sais que ça ne suffirait pas. On pourrait s'expliquer sur cette histoire, mais je sais que ça ne servirait à rien. On pourrait continuer de s'ignorer, mais j'en suis incapable. Je te propose une trêve, au moins le temps que le groupe se remette. On a tous galéré pour en arriver jusque-là et il est temps de récupérer ce qui nous appartient. Tu veux bien essayer ?

La sincérité du discours de Donghae eut le mérite de faire taire Kyuhyun. Il ne fallait pas pousser le maknae à bout, tous le savaient. Réveiller le petit monstre signifiait la mort assurée. Pourtant, la grimace de colère du plus jeune se mua bientôt en un franc sourire. Il s'approcha lentement de son ami avant de l'enlacer tendrement.

Donghae frémit à ce contact. Son étreinte puissante et chaleureuse lui avait manqué. Il ne devrait pas se laisser aller ainsi, mais n'écoutant que son cœur, il le serra plus fort.

- Tu as raison... articula le maknae, s'étonnant lui-même.

- Pardon ? Tu peux répéter ? Demanda son aîné, sans relâcher son étreinte.

- Je ne le redirais pas deux fois, je ne suis pas fou non plus ! Lâcha Kyu, le plus vieux le sentant sourire contre son épaule. Mais, tu me connais, je ne peux pas vous laisser tomber et encore moins les ELF. Elles seront toujours les seules qui comptent pour moi.

Evil maknae était un surnom qui lui collait à la peau (tout comme les millions d'autres que les fans lui avaient attribué), mais, en ce qui concernait ses éternelles amies, Kyu se montrait toujours doux et protecteur.

- Alors cette chanson c'est pour... sembla comprendre Donghae, dont l'amour pour les ELF était aussi incommensurable.

Pour toute réponse, le chanteur à la voix d'or se redressa et lui fit un clin d’œil discret. Le brun avait visé juste et ne put s'empêcher de s'emballer, soudain tout excité.

- C'est l'idée parfaite pour notre comeback ! Se réjouit-il, n'imaginant pas meilleur moyen de montrer leur reconnaissance éternelle aux seules qui ne les avaient pas encore abandonné. Les autres vont adorer !

Heureux de sa découverte, le beau danseur desserra son étreinte et prit le chemin de la porte, voulant annoncer la nouvelle au reste des Super Junior. C'était sans compter sur Kyuhyun qui le retint par par le bras. Il n'eut pas le temps de se retourner, ni même d'ouvrir la bouche que le beau brun passa ses bras autour de ses épaules, sans un mot. Ils restèrent plusieurs secondes sans parler, sans faire le moindre geste. Le temps semblait avoir suspendu son cours, seulement bercé par leur lente respiration et les battements pressés de leurs deux cœurs. Donghae était persuadé avoir senti une larme du plus jeune effleurer sa nuque, mais il ne dit rien. Lui-même avait les yeux humides.

En cet instant, le plus vieux ne pensait plus à rien. Le vide dans son cœur. La peur qui lui broyait les entrailles. La tristesse qui ne le quittait pas. La disparition inexpliquée de son amour. L'attente, la colère, la résignation, la dépression. Tous ses sentiments étaient balayés par la simple présence de son ami, qu'il aurait pourtant du fuir.

- Merci de me comprendre...

La phrase du jeune homme à la belle voix grave resta en suspens, comme si chacun en mesurait la signification profonde. Pour toute réponse, Donghae effleura le bras de son cadet qui reposait toujours sur son épaule, les mots étant devenus inutiles.

- Bon, allons-voir les autres maintenant ! Déclara Kyuhyun, en lâchant brusquement son aîné.

Il se retourna, histoire d'essuyer ses larmes. Il se dressa droit comme un i, prit un sourire de circonstance et fit volte face vers Donghae. Le prenant par les épaules, il le traîna jusqu'à la sortie avant de refermer la porte derrière eux. Signe que la conversation était close. Signe que cette dernire devait demeurer un secret absolu.

*****
***

« Allons de l'avant et battons-nous pour
quelque chose qui en vaille la peine
Oublie le temps où tu étais perdu
Oublie le poids du passé. »
Way, Super Jun
ior

Kim Hae Ri

Il était tard. Très tard même. La lune habitait le ciel et son éclat transperçait la fenêtre de la chambre de la belle jeune femme assoupie. Imperturbable, elle continuait de dormir.

Un ange. Un bel ange dont les traits semblaient avoir été façonnés par un sculpteur inspiré. Un ange inconsolable. Un bel ange dont les traits semblaient usés par les cauchemars qui peuplaient ses nuits. Un ange perdu. Un bel ange dont les traits tirés semblaient traduire le chagrin et le remord. Un ange pourtant bien humain. Un bel ange dont les traits vieillis semblaient prédire les épreuves à venir.

Alertée par une sonnerie soudaine, l'objet de notre attention ouvre péniblement un œil. Une petite perle de jade empreinte de fatigue et de tristesse. Finalement, elle se lève brusquement, repoussant ses draps et manquant de défaillir. Elle reprend ses esprits et s'étire doucement, lâchant un bâillement discret. Elle prend le téléphone qui trônait sur la table de nuit. L'horloge indique 3 heures du matin. Un nouveau message.

From : Kevin
Salut ma belle ! Peut être que tu dors... peut être pas. J'ai discuté avec ton frère qui m'a parlé de son audition et de son idée de t'emmener avec lui. Je voudrais qu'on en parle. Je t'attendrai à l'endroit habituel.
Décidément, les nouvelles vont vite...


Quoi qu'il arrive, Hae ri ne pouvait partir sans le prévenir . Qu'allait-elle faire sans eux ? Serait-elle capable de les laisser derrière elle ? La jeune insulaire ne voulait plus être un fardeau pour ses amis de toujours, ses compagnons d'infortune et les épaules sur lesquelles elle avait pu se reposer. Prenant conscience de la distance qui s'était créee entre eux depuis sa rencontre avec Dongwook et la disparition de ce dernier, elle s'en voulut terriblement, les larmes ne tardant pas à couler.

Sans réfléchir plus longtemps, elle s'habilla en vitesse et se glissa hors de la chambre. Une fois dans le couloir, elle prit soin de ne faire aucun bruit, histoire de ne pas réveiller la tornade Onew ou même ses parents. La jeune femme avança à pas de loups vers la porte d'entrée, s'empara de sa veste, prit ses clés et se retrouva vite dans le froid de la nuit.

Un vrai danger au volant, elle arriva bien vite au lieu de rendez-vous. Kevin et Hae ri avaient pris pour habitude de se retrouver dans une maison abandonnée qu'ils avaient découverte lors de leurs nombreuses expéditions de jeunesse. Il y avait des siècles qu'elle n'y était plus retournée...

Elle se gara non loin de là et continua prudemment à pied dans la ruelle sombre qui menait à leur cachette. Une silhouette se détacha bien vite à quelques mètres d'elle. Il était décidément très grand. A mesure qu'elle se rapprochait, un visage se dessina dans la nuit. Des traits d'une finesse remarquable, presque féminins, de minuscules pupilles d'un noir profond mais doux, des lèvres délicates et surtout une aura rassurante. Ses cheveux teintés de pourpre retombaient parfaitement sur son front et derrière ses oreilles, dans lesquelles Hae ri pouvait apercevoir de minuscules écouteurs.

Le temps qu'elle s'approche, il avait fermé les yeux, sûrement transporté par la musique. La jeune coréenne, désormais arrivée à sa hauteur, se plaça à ses côtés, contre le mur sur lequel il était adossé. Les paupières closes, elle attendit. Hae ri parvint à percevoir des bribes de voix échappées du morceau que son ami écoutait. Deux sublime voix graves et puissantes.

- Qu'est-ce que tu écoutes ? Demanda-t-elle en brisant le silence.
Elle sentit Kevin sursauter. Il ouvrit les yeux avant de retirer ses écouteurs.

- Hae ri-ah ! Tu es là depuis longtemps ? Répondit le jeune homme avec un petit sourire.

- Quelques minutes à peine... Qu'est-ce que tu écoutais ?

- Oh ça ne te plairait pas...

Son ami sortant son portable de la poche de sa veste pour couper la musique, Hae ri eut le temps de jeter un coup d'oeil sur le titre de cette fameuse chanson.

나란 사람 - 슈퍼 주니어 규현 & 예성 (Your eyes – Super Junior Kyuhyun et Yesung)

Super Junior ? Quel nom étrange pour un groupe... Elle n'avait aucune idée de qui ils étaient, mais restait intriguée par l'effet que cette musique pouvait avoir sur le jeune homme qui l'avait vu grandir. Devant le regard perplexe de sa précieuse amie, Kevin rangea son téléphone en vitesse, ce qui eut le don d'étonner passablement celle-ci.

- Alors, tu vas nous quitter ? Enchaîna-t-il pour détourner la conversation. Son regard oscillait entre amusement et nostalgie.

Il aurait du mal à imaginer cette île sans elle.

- Je pense que c'est la meilleure solution. Si je reste ici, je vais finir par sombrer...

- Tu sais ce que tu vas faire une fois là-bas au moins ?

- Quelque chose d'important pour moi... articula l'intéressée sans même y penser.

- Plutôt quelque chose d'important pour ton Dong Wook, je me trompe ? ironisa le jeune homme qui semblait pouvoir lire en elle comme dans un livre ouvert.

Depuis qu'elle l'avait rencontré, elle ne pensait qu'à lui. Depuis qu'il avait quitté ce monde, elle ne vivait que pour lui. Grâce à lui. Il ne l'avait jamais vu aussi heureuse que ces dernières années mais également jamais aussi détruite que ces dernières semaines. Il avait eu si peur qu'elle les quitte, et à présent qu'elle était sauvée, il avait peur de la perdre une nouvelle fois. Si elle connaissait son secret, qui sait ce qui arriverait ? Était-elle prête ? Après tout, mieux valait laisser le destin suivre son cours...

- Je suis sûre qu'il aurait voulu que je sache la vérité. Je lui dois au moins ça.

Pour toute réponse, son ami de toujours la prit par les épaules et planta son regard dans le sien. Ses yeux d'un noir d'encre semblaient chercher à la rassurer. Il la serra contre elle avec toute la tendresse dont il était capable.

- Je ne peux que te comprendre. Sache que je te soutiendrais toujours, quoi que tu décides. Cette île te regrettera. Min et Hyohyeon vont me faire la vie dure pour t'avoir laissé partir, et Joon fera semblant de bien le prendre. Tu vas tous nous manquer, mais je sais que tu reviendras. Et je t'attendrai.

Hae ri lui était tellement reconnaissante. Même si la jeune femme et ses fidèles amis s'étaient progressivement éloignés avec le temps, ils veillait sur elle. Resté dans son ombre, il ne s'était jamais plaint. Aveuglée par la présence de Dong Wook, elle avait ignoré ses sentiments. Les choses auraient pu tourner différement entre eux. Mais le destin en avait décidé autrement. Ce foutu destin... La jolie brune s'éloigna doucement de Kevin.

- Je ne sais pas comment te remercier. Tu devrais me crier dessus pour être aussi inconsciente mais tu ne le fais pas. Je vais tous vous regretter mais comme tu le dis, je serais bientôt de retour. Une fois ma mission remplie.

- Ma petite Hae ri a bien grandi... conclua-t-il en lui ébouriffant les cheveux.

- Je ne suis PAS petite ! Contra l'intéressé que son ami dépassait pourtant de deux têtes.

- Mais oui... mais oui ! Allez viens les autres nous attendent !

- Comment ça ? Maintenant ? S'étonna la jolie coréenne, consciente de l'heure tardive.

- Tu ne croyais quand même pas qu'on allait te laisser t'enfuir sans te dire au revoir comme il se doit ! Répondit son camarade, avec un clin d'oeil qui en disait long.

Ne lui laissant pas l'occasion de répliquer, Kevin lui prit la main avant de l'entraîner dans l'imposante bâtisse qui se dressait derrière eux. Hae ri n'en doutait pas. La fête de départ qu'ils lui avaient réservé serait inoubliable. Ça tombait bien, ce soir, elle était d'humeur à profiter de la vie. La vie qui lui offrait un moyen de s'en sortir alors qu'elle pensait être définitivement condamnée.




Dernière édition par Nam So Hee le Jeu 30 Aoû - 13:54, édité 4 fois
avatar
Kae Chan Ra || Super Fans
Super Fans

Messages : 174
Date d'inscription : 21/08/2012
Age : 21
Localisation : 63
MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Lun 27 Aoû - 21:26

J'aiiime *0* !
A vrai dire, surtout quand cela parle de Donghae !
La suite ? Wink
https://www.facebook.com/andrea.jamet.9
avatar
Nam So Hee || Entertainer
Entertainer

Messages : 8
Date d'inscription : 09/07/2012
MessageSujet: HDDS - Chapitre 3 Mar 28 Aoû - 12:37

Chapitre 3
To leave the nest


« Quand nous étions jeunes, nous ne réalisions pas notre jeunesse
Quand nous nous aimions, nous ne réalisions pas notre amour
Un jour, nous nous reverrons
Nous aurons simplement changé »
Someday, Super Junior


Lee Dong Hae


- Fais voir ! Alleeeeeeeeeeeeeeeeez !

Comment un être humain à l'apparence si angélique pouvait-il être aussi diabolique ? Parfois, Donghae se disait qu'il eut été plus simple de le faire enfermer.

- Chullie, calme-toi... Je vais te le montrer. Je veux juste avoir l'accord de son auteur d'abord !

Cinq heures de l'après-midi. Dans une cuisine déserte. Les deux membres des Super junior se disputaient, l'un une partition à la main et l'autre sautant, comme un chat quémandant à manger, pour l'attraper.
Montre-lui qu'il puisse enfin la fermer... soupira l'auteur en question, à savoir Kyuhyun, qui venait de pénétrer dans la cuisine, sa précieuse console à la main.

- Je la fermerais si je veux, sale gosse ! Répliqua la diva, en s'emparant de la partition, manquant de la déchirer.

- Tu viens de me traiter de sale gosse là ?

Le monstre s'était réveillé et s'approchait de sa victime. Heechul était-il donc inconscient ? La tornade menaçait de tout dévaster. Pour preuve, le visage du maknae qui résumait son envie de meurtre. Conscient de la catastrophe imminente, Donghae se posta devant le jeune insolent, le regard implorant.

- Il ne savait pas ce qu'il disait, tu le connais. Reste zen, d'accord ? Il veut simplement lire les paroles que tu as écrites ce matin.

Kyuhyun lui avait pourtant dit qu'il voulait les monter aux autres lui-même. Qu'il voulait encore les retravailler, revenant sur sa décision de la matinée, mais Heechul (contre toute attente) s'était montré curieux. Le maknae quitta alors une seconde le visage de celui qu'il s’apprêtait à réduire en bouillie pour rencontrer le regard de Donghae.

Contre ces petits yeux implorants, il ne pouvait rien. Contre cette petite boule de tendresse et d'innocence, il n'avait jamais pu rien faire. Comme s'il était le seul à pouvoir apaiser sa colère, à éviter ses remarques blessantes et à voir au-delà. Inconsciemment, il se calma et reprit à peu forme humaine. Heechul poussa un soupir de soulagement, réalisant la chance qu'il avait eu.

- Très bien... mais je te supplier de le noyer s'il se met à nouveau à gueuler. Je dois finir ma partie et j'ai besoin de concentration ! S'exclama la bête, sans quitter son aîné du regard.

- C'est promis ! répondit Donghae avec clin d’œil irrésistible.

Alors que Kyuhyun s'apprêtait à repartir finir sa fameuse partie, une voix se fit entendre, figeant sur place trois acteurs de la scène précédente.

- Fermez-là et ramenez-vous dans la salle de musique TOUT DE SUITE !

Le leader avait parlé. Les trois membres du groupe qui avait su recevoir les faveurs du milieu, s'exécutèrent, conscients du travail qui les attendait. Quand on parlait de leur métier, il ne s'agissait pas de plaisanter. Chacun retrouvait son sérieux et sa motivation, comme s'ils avaient encore tout à prouver.

Ils rejoignirent le reste des Super Junior, prenant les places restantes dans le cercle qu'ils avaient formé, assis sur le parquet de la salle que Donghae aimait tant. Leeteuk ne manqua pas de leur lancer un regard noir avant de retrouver contenance, Kangin lui caressant légèrement le dos pour le calmer. Donghae fit le tour des présents. Tous étaient là, au même titre que Zhoumi et Henry. Décidément, cette idée d'album « made in Suju » promettait d'être intéressante.

- Si nous sommes tous réunis aujourd'hui, commença le leader d'un air plus que solennel, c'est pour réfléchir à la production de l'album qui nous permettra de revenir sur le devant de la scène. Nous avons tous hâte de faire mentir la presse sur notre mort MAIS je refuse que l'on se précipite.

Tous hochèrent la tête, celui qui les dirigeait depuis des années n'échouant jamais à retranscrire leurs pensées. Hyuk Jae s'en voulait-il d'avoir crée ce chaos ? Pensa Donghae pour lui-même, pourtant conscient de sa propre culpabilité. Pensait-il à eux là où il se trouvait ? S'il avait écouté son cœur, il se serait levé et leur aurait crié sa déception de les voir oublier leur ami si facilement. Mais sa raison l'empêchait de risquer un nouveau conflit.

- Kyuhyun m'a déjà fait part de son idée d'écrire à nouveau une chanson dédiée aux ELF, poursuivit le plus vieux de tous.

A ces mots, Donghae se retourna, l'air interrogateur, vers le maknae qui se tenait à sa droite.

- Désolé, donna pour toute réponse le plus jeune, en haussant les épaules. Ce n'est qu'une ébauche pour l'instant, continua-t-il en s'adressant cette fois à tous. Il faut que chacun y apporte sa contribution et...

- Faut qu'on mette de l'anglaiiiiiiiiiiiiiiiiiis ! S'écria Heechul, qui n'était pas resté calme bien longtemps.

- Travaille ton accent et on en reparle ! Lui lança Henry, sans pitié.
Mais lâche-moi, c'est une super idée ! Répliqua l'excité, guettant l'approbation de tous.

- Calmez-vous les gars... tenta l'imperturbable Siwon, les paupières closes.

- Moi je pense que Teukie devrait parler au début de la chanson... intervint Shindong, tournant son regard vers le leader qui fixait Heechul, affligé.

- Carrément ! Intervint Yesung sans savoir lui-même vraiment pourquoi. Un truc du genre « this song is dedicated to the ELF » !

- Encore mieux : « to the world's biggest fanclub » ! clama Heechul, se sentant littéralement touché par la grâce.

- Et modeste avec ça... se lamenta Ryeowook, qui n'aurait jamais pour autant su douter de l'amour de leurs fans.

- STOP ! Les coupa le leader, ce qui eut le mérite de tous les faire taire.

L'aîné avait beau avoir gardé un visage d'enfant et respirer la gentillesse, il savait se monter ferme quand il le fallait. Il était le ciment du groupe, celui qui les empêchait tous de s'écrouler, celui qui veillait sur eux, celui qui avait la plus immense et la plus belle des responsabilités. Donghae le fixa pendant de longues secondes. Il essaya d'imaginer la peine de leur « seconde » mère lorsqu'il n'avait pas été capable d'empêcher le départ de l'un d'eux, quand il avait failli à son rôle. Jung Su gardait sa contenance mais le danseur savait que ce départ lui pesait. Si les sentiments qui le liaient à Hyuk Jae étaient différents de ceux d'un membre envers son meneur, le brun mesurait les ravages de son absence sur chacun de ceux qu'ils considéraient comme des frères.

- La proposition de Heechul n'est pas mauvaise MAIS, poursuivit-il pour éviter à Heechul de crier victoire trop vite, il faut encore y réfléchir. Ce serait un bon début que chacun écrive ses propres paroles avant de les mettre en commun. La mélodie de base est intéressante mais il faudra compléter la partie instrumentale. Je pensais d'ailleurs que Donghae pourrait s'en charger.

L'intéressé tourna la tête vers le leader, visiblement étonné. Lui faisait-il assez confiance pour lui confier une telle tâche ?

- Ça me paraît être une excellente idée, acquiesça Kyuhyun, imperturbable.

- Tant qu'il ne se lève pas à 6 heures tous les matins... ajouta Sungmin qui était resté silencieux jusque-là.

Ainsi, son camarade de chambre l'avait entendu plus tôt dans la journée. Il pensait pourtant avoir été discret.

- Désolé Minnie... s'excusa faiblement Donghae avec un petit sourire.

Les autres les regardaient sans comprendre, sauf Yesung déjà reparti dans sa 4ème dimension et Kyuhyun qui avait l'air (comme d'habitude) de s'en ficher royalement.

- Bon, notre petit Fishy ne se lèvera pas aux aurores, histoire de ne pas perturber la Belle au bois dormant, assura le leader, se retenant franchement de rire. Donghae tu es d'accord pour te charger de la compo alors ? Poursuivit-il à l'adresse du jeune homme qui affichait une mine perdue.

- Et bien... je... c'est une très grosse responsabilité. Ca fait longtemps que je n'ai pas composé mais... je veux bien essayer, articula-t-il, en baissant la tête.

- Mais oui tu vas tout déchirer mon poisson ! S'écria Heechul, en adressant un clin d’œil à l'intéressé.

Personne (pour une fois) n'osa protester ou faire taire la diva. Le membre le plus capricieux des Super Junior avait beau dépassé souvent les bornes, il avait été le seul à rester optimiste durant ces mois d'enfer. Quand la presse les décriait, quand la maison de disque les laissait tomber, quand le milieu leur tournait le dos, un sourire restait solidement ancré sur ses lèvres.

- Bon parfait alors ! Continua Leeteuk, satisfait. Ensuite, et je pense que vous serez tous d'accord, cet album ne peut se faire sans la présence d'Henry et Zhoumi. Cette fois, ils participeront à tous les morceaux et occuperons la place qu'ils ont toujours eu dans ce groupe.

Henry arborait une bouille d'enfant qui vient de recevoir un cadeau de Noël et Zhoumi, malgré son air calme, avait les yeux brillants. Le reste des membres hochèrent la tête, comme pour symboliser la solennité de l'instant. Siwon mima une prière en levant lentement les yeux au ciel.

- Je veux que vous commenciez tous à réfléchir aux chansons et aux chorégraphies avant de mettre nos idées en commun. Ce sera tout pour ce soir, je dois aller au siège de la SM. Si le manager nous a tourné le dos, il y a peut être encore un espoir. Nous avons encore beaucoup de contacts là-bas et j'essayerais de me montrer convaincant.

Sur ces paroles, les jeunes idoles se séparèrent. Leeteuk partait avec Kangin chercher du soutien. Kyuhyun retournait à ses jeux vidéos. Sungmin suivit Heechul pour s'occuper d'Heebum. Yesung et Ryeowook disparurent bien vite vers une destination inconnue. Henry, Zhoumi et Shindong partageaient déjà leur idées de paroles. Siwon se dirigea quant à lui vers Donghae.

- Alors Fishy, motivé ? Commenca-t-il en le gratifiant d'une tape sur l'épaule.

- Je...je crois, parvient à formuler l'intéressé. Je pense que je vais même commencer maintenant.

- Fighting Hyung; on te fait confiance ! Acheva son cadet avec un sourire des plus sincères avant de quitter la pièce à son tour.

La salle de musique était vide à présent. Le silence après la tempête, seulement atténué par la lente respiration du beau brun. Sans précipitation aucune, il vint s'asseoir au piano et resta immobile un court instant. Ses doigts délicats effleurèrent vite les touches noires et blanches pour donner vie à une douce mélodie sortie de son imagination. Dès la première note, il ne put empêcher les souvenirs de refaire surface.

(Flash-back)

Le tout récent membre du groupe qui allait révolutionner le monde de la Hallyu, Donghae, était assis face au même piano à queue, jouant sans partition ni aucune idée précise en tête. Il jouait pour le plaisir, pour laisser parler ses sentiments, pour évacuer ces années de silence.
Après quelques minutes de mélodies entrecoupées, de notes décousues, l'inspiration lui vint. Sa voix douce et fragile s'élèva dans le silence cérémonieux de l'endroit.

널 보면 (난) 웃음만
En te regardant (moi)
(나와) 수줍은 미소까지도
juste (seulement) un sourire
날 보는 네 눈빛은 슬픈 걸
Un sourire plein de tristesse
혹시 이별을 말하려고 하니
Ton regard triste, signe que tu étais peut être sur le point de dire adieu


Il ferma les yeux, cherchant la suite. Des larmes perlèrent au coin de ses beaux yeux noirs. Ce sourire pour lequel il serait prêt à tout. Ce sourire qu'il ne pensait pas mériter. Ce sourire qui aurait raison de lui. Serait-il un jour capable de passer outre leur amitié pour lui avouer les sentiments qui le déchirent ? Serait-il prêt à gâcher leur complicité, à faire face aux critiques, à mettre en jeu sa future carrière ? En cet instant, le petit prodige n'en doutait pas une seconde.

Le doux contact de deux paumes posées sur ses yeux humides le coupa de sa rêverie. Il aurait reconnu ses mains entre milles. Il ne l'avait pas entendu arriver et sursauta légèrement.

- Devine qui c'est ? Demanda une voix qui eut le mérite de faire taire instantanément le palpitant du pianiste.

- Hyuk Jae... murmura Donghae, prenant les mains de son ami dans les siennes avant de les lâcher, perturbé par ce contact.

- Cette chanson est magnifique... Je ne pensais pas que tu pouvais écrire d'aussi jolies choses, avoua son ami, un sourire jusqu'aux oreilles.

- Ce n'est pas grand chose... Juste ce qui me passait par la tête, mentit le plus jeune, dont le degré de nervosité atteignait désormais son paroxysme.

- Tu as des pensées intéressantes dans ce cas... fit dans un souffle le jeune homme à la chevelure d'une blondeur étincelante tirant presque sur le blanc. Tu m'écriras une chanson à moi aussi ? Poursuivit-il en posant sa main droite sur l'épaule du brun et en improvisant une mélodie au piano de sa main gauche.

Si Donghae était auparavant à l'article de la mort, il avait désormais quitté la terre. Son cœur battait à une vitesse ahurissante et c'en était presque douloureux. Il n'entendait ni ne voyait plus rien. Les paroles de son ami résonnaient à ces oreilles comme les plus belles du monde.
N'écoutant que son cœur, il lui aurait sauté au cou avant de lui promettre bien plus qu'une simple chanson. N'écoutant en cet instant que sa raison, il resta de marbre.

- Pourquoi je ferais ça ? Demanda le jeune inconscient avec une froideur qu'il ne se connaissait pas.

Tout aussi surpris, Hyuk Jae se redressa et toisa son désormais « collègue ».

- Si tu le prends comme ça... déplora le grand blond, franchement déçu de la réaction de celui qu'il considérait comme son meilleur ami.

Donghae entendit les pas de celui qui hantait ses nuits s'éloigner lentement.

- Attends ! Cria-t-il presque, tentant de se racheter. Je ne voulais pas dire ça, je...

- Laisse tomber... le coupa son cadet, en lui lançant un regard oscillant entre rage et tristesse. Je ne sais pas ce que tu as contre moi en ce moment mais ça ne peut plus durer !

Ses reproches eurent pour effet de réduire le cœur de notre petit Donghae en miettes. Il voulait lui expliquer la raison de son changement de comportement soudain. Mais, les mots ne venaient pas. Il désirait lui faire partager ces étranges sentiments qu'il ne comprenait pas. Mais, ses principes lui dictaient le contraire. Il se contenta de lui lancer un regard désolé, sans oser ouvrir la bouche.

Hyuk Jae, exaspéré, se dirigea à la hâte vers la sortie. C'était sans compter sur la sonnerie stridente du téléphone de Donghae qui brisa l'atmosphère pesante. Ce dernier sortit l'engin de la poche de sa veste et décrocha immédiatement.

- Eomma !

Hyuk Jae se figea. Pourquoi la mère de son meilleur ami l'appelait-elle à cette heure-ci ? Il était près de minuit et elle ne veillait jamais aussi tard. Donghae, quant à lui, resta un instant silencieux, son visage d'ange commençant à se décomposer.

- J'arrive tout de suite ! Finit-il par déclarer, raccrochant et se levant précipitamment sans se soucier de la présence du blond, dévoré par l'inquiétude.

- Je t'accompagne ! Enchaîna le plus jeune,à qui les dernières minutes ne semblaient plus être qu'un mauvais souvenir.

Il prit la main de son ami sans réfléchir et ils sortirent à la hâte, tous deux conscients de la nouvelle épreuve qu'ils devraient affronter.

(Fin du flash-back)

Face à ce souvenir, les larmes de Donghae avaient coulé d'elles-mêmes, au rythme de la mélodie de « Y » qui avait naquit sous ses doigts délicats. Cette chanson lui rappelait les moments les plus difficiles mais aussi les plus beaux de sa vie. Ses paroles lui remémoraient surtout que son auteur n'avait jamais révélé la vérité à son destinataire. Même après s'être déclaré, même après voir intégré ce morceau à leur cinquième album, il ne lui avait pas avoué que le seul sourire pour lequel il chantait était le sien.

Etait-il déjà trop tard ? Son meilleur ami, son frère, son amour, son amant avait-il définitivement disparu ? Tout le monde le pensait mais lui ne voulait pas s'y résoudre. Comment pouvaient-ils tous renoncer si facilement ? Comment serait-il en mesure de faire son deuil si l'énigme restait encore entière ? Secoué de sanglots, Donghae cessa de jouer, sa tête lourde venant s'échouer sur le clavier dans un bruit sourd.
Il resta ainsi sans bouger, portant la main à son cœur. Il le sentait battre, mais faiblement. Un miracle qu'il n'ait pas encore lâché. Un miracle qu'il soit encore là. Un miracle qu'il se tienne encore ici plus de six ans après.

Notre petit génie continuait de ressasser le passé, inconscient de la présence discrète dans son dos. Deux pupilles étincelantes le fixaient avec toute la tendresse du monde. Deux petites perles reflétant la compassion, la résignation mais aussi l'envie. Une envie inassouvie. Ce genre de choses arrivent souvent sans prévenir, même aux meilleurs se disait le curieux. Les deux présents ne bougèrent pas d'un pouce, Donghae ne soupçonnant pas une seconde le duel qui avait lieu en cet instant dans l'esprit de Kyuhyun, dont la silhouette se détachait dans l'encadrement de la porte.

*****

« Il est temps de mettre fin à ton silence et
de profiter de ta liberté
Vis en restant toi-même, ouvre tes ailes
Profite de ton existence
Tu es en vie, tu brilles
Tu voles haut. Haut dans le ciel. »
Papillon, Super Junior

Kim Hae Ri

- Nooooooooona ! Mais qu'est-ce que tu fous ?

Hae ri, totalement perdue dans ses pensées, chercha son frère du regard. Il l'attendait au guichet, prêt à prendre les billets pour le prochain ferry. L'heure était venue, elle quittait son île. Pour la première fois depuis que sa mère l'avait mise au monde. La peur l'empêchait de faire le moindre geste, ses jambes refusant soudainement de fonctionner.
Devant l'incapacité de sa sœur à réagir, Onew accourra vers elle, la prenant par le bras avant de l'entraîner lui-même vers le quai.

- Le ferry va partir ! Ce n'est plus le moment de reculer ! La sermonna le jeune homme, exaspéré. Je pensais que tu avais pris ta décision...

- Mais c'est le cas ! Assura la belle coréenne, tentant de s'en convaincre elle-même . Allons-y !

Reprenant ses esprits, Hae ri prit la main de son idiot de frère et partit à la hâte, consciente de l'heure tardive. Si ils rataient le dernier ferry, elle n'aurait peut être plus la force de quitter son petit coin de paradis. Dans sa course, un minuscule objet s'échappa de son sac, Onew manquant de l'écraser. Alertée par le cri strident poussée par ce dernier, elle fit volte face et ramassa le baladeur mp3 échoué sur le sol pavé du port. Cadeau de Kévin. Si sa plus vieille amie le perdait, il la tuerait... La vue de ce présent la força à se souvenir des événements intervenus quelques heures plus tôt.

(Flash-back)

- Santé !

Les cinq amis levèrent leur verre (ou plutôt leur gobelet rempli d'un liquide douteux), le sourire aux lèvres. Hae ri avait presque oublié les dégâts que causait le soju sur les gamins qu'elles connaissaient depuis toujours.

- Attendez ! On trinque à quoi exactement ? Demanda Joon, qui se leva d'un bond en titubant. A ma future célébrité ? poursuivit-il, secouant ses cheveux en arrière.

- Aux futures étoiles de la danse plutôt ! Se sentirent obligés d'intervenir Min et Hyohyeon, échouées sur un vieux canapé défoncé, l'air passablement émèché.

- Ou peut-être au départ d'Hae ri ? Je sais pas, c'est juste une idée... acheva Kevin, affligé par le comportement de ceux qu'ils passaient son temps à materner.

- Laisse tomber, assura l'intéressée, j'ai un peu de mal avec les adieux, tu le sais.

- On veut pas que tu parteeeeeeeeeeeeeeeeees ! Hurlèrent les deux petites loques, en se précipitant sur leur amie pour la serrer dans leur bras (ou plutôt l'étouffer)

- Lâchez-là, vous allez finir par la tuer ! Intervint le plus calme de tous en délivrant Hae ri des griffes des deux tigresses.

- Moi non plus, je ne veux pas vous quitter, continua la belle insulaire sur un ton soudain très solennel. Vous allez terriblement me manquer. Sachez que je ne vous oublierai pas, quoi qu'il arrive. Vous êtes comme une seconde famille pour moi et je m'en veux d'avoir été si absente ces derniers temps.

Quatre petites perles étincelantes la considéraient. Sans bruit, chacun s'avança vers Hae ri, semblant en pleine possession de leurs moyens malgré l'influence de l'alcool. Quatre silhouettes fondirent sur la jeune fille immobile, tous formant bientôt un cercle. Le temps avait suspendu son vol, les mots étaient inutiles, le message était passé. Ses amis ne l'oublieraient pas, ils l'attendraient et plus que tout, ils la pardonnaient.

Après de longues heures passées à rire, à parler du bon vieux temps, à envisager l'avenir, Hae ri était épuisée. Ils avaient tous un peu trop abusé de la boisson, ce qui avait rarement réussi à la jeune fille de 23 ans. Allongée sur le sol, la vue brouillée, les lèvres sèches, elle se sentait partir. D'un autre côté, elle se sentait apaisée. Être dans cet état lui vidait la tête et l'empêchait de penser à lui. La brune, arborant un sourire béat, considéra lentement les alentours. Les rayons du soleil qui transperçaient la seule fenêtre de la pièce lui piquèrent les yeux. Quelle heure était-il au juste ?

Min et Hyohyeon avaient disparu, peut être rentrées chez elle. Les souvenirs de ces dernières heures restaient encore floues dans l'esprit de la jeune femme. Des murmures parvinrent soudain à ces oreilles, signes qu'elle n'était pas seule. Elle reconnut les voix de Joon et Kévin, sans toutefois pouvoir déterminer où ils se trouvaient.

- A quoi bon lui en parler maintenant ? Demanda franchement le premier à l'adresse du second.

Parler de quoi ? A qui ? Rongée par la curiosité, Hae ri tendit l'oreille, sans pour autant bouger, histoire de ne pas les interrompre.

- Qui sait ce qui l'attend là-bas ? Tu ne crois pas qu'il faut qu'elle sache avant de tomber de haut ? Répondit l'intéressé, prenant toujours soin de chuchoter.

Alors ils parlaient d'elle. Hae ri peinait à croire que ses amis lui avaient menti, ou du moins avaient omis de lui révéler une chose qui prenait des airs de grand secret.

- Moi, je crois qu'elle doit se débrouiller seule. C'est à elle de découvrir la vérité, et à personne d'autre. C'est ce qu'il aurait voulu. Du moins, il me l'avait fait promettre.

- Je n'insiste pas alors... Mais, je me demande quand même où tout ça va nous mener. On parle quand même de...

La faute à sa position inconfortable, Hae ri n'avait pas pu retenir un cri de douleur. Elle était démasquée. Au moment fatidique... Elle n'eut d'autre choix que de se relever péniblement, découvrant que les objets de son attention se tenaient dans un recoin de la pièce, à l'abri des regards.
Hae ri-ah ! S'écrièrent les deux cachottiers en se levant d'un bond, l'air franchement paniqué.

- C'est... c'est quoi cette histoire ? Enchaîna-t-elle après avoir repris lentement ses esprits.

La brune avait la tête qui tourne et une brusque envie de vomir. Mais, sa curiosité était plus forte que tout.

- Oh r...rien, tenta Kévin, on parlait de Min. Elle a... quelques problèmes ces temps-ci.

- Oui...oui voilà c'est ça ! Acquiesça Joon, rentrant tant bien que mal dans son jeu.

- C'est ça... prenez moi pour une idiote ! Répliqua Hae ri, s'approchant dangereusement de ses amis, l'air furieux.

- Mais non, c'est la vérité ! Se défendirent ces derniers, pris au piège.

- Bon moi j'y vais ! Déclara Joon, cherchant une échappatoire. Il lança un dernier regard révélateur à son acolyte avant de quitter la pièce en courant, sans manquer de se prendre le pied dans les cadavres de bouteille de la veille.

- Attends ! Avait tenté Hae ri, sans réussir à la rattraper. Une nouvelle pièce du puzzle qui fuyait...

Kévin s'apprêtait à faire de même mais la jeune fille eut cette fois le temps d'intervenir, lui attrapant fermement le poignet, les sourcils froncés par la colère.

- Tu ne m'échapperas pas ! C'est quoi ce si terrible secret ? DIS-LE MOI !

Elle avait littéralement hurlé, à en faire presque trembler les murs. Son ami en resta bouche bée, les yeux écarquillés. Face à ces prunelles d'un vert presque bleu empreintes de rage et rongées par les larmes, Kévin ne tiendrait pas longtemps. Il aurait voulu tout lui dire. Mais, il n'en avait pas le droit. Ce n'était pas sa bataille. Il reprit vite contenance, essuya tendrement les larmes qui perlaient sur les joues de son amie et prit cette dernière par les épaules. Il ferma brièvement les yeux avant de les rouvrir, fixant alors Hae ri avec insistance.

- Je te promets que tu ne voudrais pas savoir. Ou du moins tu ne voudrais pas que ce soit moi qui te l’apprennes. Le temps n'est pas encore venu. Je sais que ça te coûtera mais cette fois-ci, je te supplie de me faire confiance. Tu as confiance en moi, n'est-ce pas ? Demanda-t-il en serrant plus fort les frêles épaules de sa meilleure amie.

- Évidemment que j'ai confiance en toi mais... objecta-t-elle, déjà calmée par le regard doux et protecteur de celui qui la connaissait par cœur.

- Alors, ça suffira. Crois en moi et oublie ce que tu as entendu. D'accord ?

La petite brune aurait pu répliquer et exiger des réponses. Mais, la foi inébranlable qu'elle avait dans son ancien confident la rendait muette. Dong Wook avait des secrets, elle n'en avait jamais douté. Trop silencieux à propos de son passé, trop souvent perdu dans ses pensées, trop loquace à propos de celui qu'elle avait longtemps vu comme un rival. Ses non-dits, elle désirait en trouver la réponse par elle-même, quitte à laisser filer des indices qui pouvaient s'avérer précieux. Finalement, son hochement de tête parla pour elle.

- Tu me le jures ? Voulut confirmer son bel ami, en la prenant dans ses bras et la serrant contre son torse chaud et rassurant.
Je te le jure, promit l'intéressée, répondant sans hésiter à l'étreinte du jeune homme.

- Alors, je vais te ramener chez toi. Tu as une sacrée gueule de bois, il faut que tu te reposes avant ton départ ! Plaisanta Kevin, sans lâcher l'objet de son attention.

- Pas du tout, je vais très bien !

Hae ri aurait pu paraître convaincante si ses jambes ne tremblaient pas comme des feuilles et si ses vêtements ne sentaient pas le soju à des kilomètres.

- C'est fou ce que tu mens mal ! Constata Kevin, qui avait relâché son étreinte et la gratifiait d'une immense sourire, pour lequel toute femme (ou homme) sensé(e) aurait littéralement fondu.

Il ne servait à rien de lutter, il fallait avouer qu'elle tombait de sommeil. Les deux jeunes gens se dirigèrent ensemble vers la sortie, furent aveuglés par la lumière du dehors et retrouvèrent péniblement la voiture de Hae ri, garée non loin de là. Kevin prit le volant et ramena celle qui somnolait déjà sur le siège avant devant chez elle. L'ami dévoué s'extirpa du véhicule avant de courir pour ouvrir la porte passager. Il ne réservait pas ce genre de traitement à n'importe qui... L'objet de ses rares attentions fit un petit sourire avant de le rejoindre dans le froid de cette matinée d'octobre.

- C'est donc ici qu'on se quitte, commença Kevin l'air grave. Je préfère ne pas venir au départ du ferry, j'espère que tu ne m'en voudras pas.

- Bien sûr que non, tu as raison, mieux vaut se dire au revoir maintenant. A très bientôt j'espère...murmura simplement son ami, retenant difficilement ses larmes.

Il devait être fort. Il devait la laisser partir. Hae ri l'attira contre elle, dans une étreinte douce et muette.

- Je ne t'oublierai pas. Je ne te souhaite le meilleur.

Pour toute réponse, Kevin prit délicatement la main de la jeune fille avant d'y glisser un petit objet. Hae ri lâcha le jeune homme pour considérer le présent et lança un regard interrogatif à l'adresse de son vis-à-vis.

- J'y ai mis toutes les musiques que j'aime. Ecoute-les quand tu n'as pas le moral ou que je... je te manque, expliqua calmement le jeune homme, avec la plus grande sincérité du monde.

- Merci...c'est un cadeau magnifique, poursuivit Hae ri, les yeux brillants.

- Et aussi... pour ne rien regretter... ajouta-t-il en prenant une profonde inspiration.

Sans laisser le temps à la femme qui allait le quitter de faire un geste, Kevin prit tendrement sa tête entre ses mains puissantes et posa ses lèvres contre les siennes. Sans forcer. Naturellement. Hae ri resta stoïque, incapable de réagir. Ses lèvres étaient d'une douceur infinie et son parfum discret embaumait l'air. Ne cherchant pas à lutter, elle se détendit progressivement et ferma les yeux. Le baiser ne dura que quelques secondes mais la jeune femme sentait la frustration et la tristesse qu'il trahissait. Kevin ne lui avait jamais avoué mais elle savait qu'il ne la voyait pas comme une simple confidente.

Il finit par s'éloigner et rouvrir les yeux, un sourire éblouissant naissant sur ses lèvres. Un léger clin d'oeil acheva cet instant de grâce et le jeune amoureux commença à s'éloigner sans se retourner. Après avoir parcouru quelques mètres et rejoint la route, il fit volte face.

- Écoute surtout la première dès que tu seras à bord...La première de la liste ! conseilla l'ombre qui se détachait dans ce brouillard matinal.

(Fin du flash-back)

- Noooooona, on se réveille !
La voix perçante de son frère la ramena à la raison. Combien de temps était-elle restée immobile, ressassant ce souvenir ? Apparemment assez longtemps pour que le dernier appel pour le ferry en partance pour le continent ait été donné. Onew l'entraîna à bord, sans qu'elle ne puisse lutter. Avant que la jeune insulaire n'ait le temps de réaliser ce qui lui arrivait, elle était sur le pont et le signal du départ retentit.

Accoudée au bastingage, les prunelles face à la mer qui s'étendait à perte de vue, elle sortit le précieux cadeau de la poche de son manteau et plaça les minuscules écouteurs au fond de ses oreilles. Elle appuya sur lecture et ferma les yeux, se laissant bercer par la mélodie entraînante qui débutait.

« Le premier jour, j'étais tellement nerveux, je ne pouvais pas prononcer le moindre mot
A ce moment-là, je ne m'étais pas imaginé qu'on passerait autant de jours ensemble et pourtant...
On était tous inexpérimentés, on était parfois arrogants et on se vantait pour rien
On ne savait pas encore qu'on finirait par se connaître aussi bien, devenir aussi proches et pourtant...
Il y a tellement de choses que nous avons partagé ensemble
La sueur qui perlait sur nos fronts, les larmes versées, les secrets
J'en arrive même à aimer ces moments où l'on se détestait, sans m'en rendre compte
Nous ne pouvons pas être séparés. Vous allez me manque, le désir de vous voir se fera ressentir, j'aime mes amis
Je n'oublierai-jamais, prends-moi dans tes bras, ne m'oublie jamais et ne change pas
Nos visages étaient empourprés, on a presque tout laissé tomber
Mais, on a gardé les mains liées
J'étais tellement reconnaissant à ce moment-là
Avant qu'on ne se rende compte...
Avant qu'on ne se rende compte...
Il arrivera un jour où l'on devra se dire au revoir
On ne pourra peut-être plus jamais se voir les uns, les autres
A ce moment-là, nos souvenirs ensemble seront notre force
Jusqu'au jour où l'on se rencontrera à nouveau
Avant même qu'on ne le sache
Je n'oublierai jamais, enlace-moi, ne m'oublie jamais, je t'aime. »


Profondément émue, les visages de ces amis, de sa famille et de Dong Wook lui passant devant les yeux, Hae ri jeta un coup d’œil au titre de cette merveille. Elle désirait savoir qui étaient ceux qui défendaient avec ferveur leur si belle amitié. Elle mourait d'envie de connaître les personnes se cachant derrière ces sublimes voix et plus que tout elle voulait remercier ceux qui parvenaient à résumer de la plus belle façon qui soit les dernières années passées avec les gens qu'elle aimait.

어느새 우린 – 슈퍼 주니어
Good Friends – Super Junior
avatar
Kae Chan Ra || Super Fans
Super Fans

Messages : 174
Date d'inscription : 21/08/2012
Age : 21
Localisation : 63
MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Mar 28 Aoû - 22:39

*-*
C'est triste pour Kevin et Hae Ri !
Es-ce que Kyuhun va vouloir se mettre en couple avec Donghae ? Le Evil Maknae serait t-il capable de cela ? O.o
La suite ? >o<
https://www.facebook.com/andrea.jamet.9
avatar
Nam So Hee || Entertainer
Entertainer

Messages : 8
Date d'inscription : 09/07/2012
MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Mar 28 Aoû - 23:08

Peut-être demain Wink
avatar
Kae Chan Ra || Super Fans
Super Fans

Messages : 174
Date d'inscription : 21/08/2012
Age : 21
Localisation : 63
MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Mar 28 Aoû - 23:13

cool cool cool *saute comme une tarée*
Razz
https://www.facebook.com/andrea.jamet.9
avatar
Nam So Hee || Entertainer
Entertainer

Messages : 8
Date d'inscription : 09/07/2012
MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3 Jeu 30 Aoû - 14:28

Désolée je n'ai pas pu poster hier... trop de taff sur ma fanbase^^
Voilà le chapitre 4! ^^


Chapitre 4
There's a new world coming



« Nous nous envolerons tous ensemble
Ce sera dur, mais ensemble nous
pouvons croire à un miracle
A l'image de nos pensées les plus profondes
Nous ne ferons plus qu'un. »
We are the world, Super Junior


Lee Dong Hae

20 heures passées. Le silence pesant qui règne dans la cuisine de l'appartement des Super Junior est seulement entrecoupé par les respirations pressées et les soupirs inquiets des membres présents. Chacun à sa façon montre son impatience depuis le coup de fil du leader leur annonçant qu'il rentrerait bientôt. Parti depuis des heures au siège de la SM, il était leur dernière chance. Toutefois, il n'avait rien précisé de plus lors de son appel, ne laissant transparaître aucune émotion. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Tous mouraient d'envie de le savoir, souhaitant que leur longue descente aux enfers arrive enfin à son terme.

Donghae, installé à la table centrale, la tête entre les mains, était également plus anxieux que jamais. Comme ses camarades, il attendait d'entendre les paroles qui détermineraient leur avenir. Et, comme ses frères de cœur, il ne put s'empêcher de comparer cette terrible attente à celle qu'ils avaient du leur faire endurer quelques mois plus tôt...

(Flash-back)

Donghae n'osa pas faire un geste. Planté devant la porte de l'appartement qui abritait les Super Junior, ceux qui avaient une totale confiance en lui, ceux qui lui avaient sauvé la vie, ceux qui lui pardonnaient toujours tout, il tremblait de tous ses membres. La nouvelle qu'il leur apportait menaçait de tout changer dans leurs vies. Elle bouleverserait la sienne, à jamais, il n'avait aucun doute là-dessus. Son regard pénétrant qui le fixait tendrement, ses lèvres délicates qu'il aimait embrasser, ses cheveux qui étaient probablement passés par toutes les couleurs existantes... Toutes ces petites choses qui auraient pu paraître insignifiantes ne lui appartenaient plus. Seulement, le jeune danseur ne voulait pas penser à cette douleur qui lui déchirait le cœur, à ces larmes qu'il ne parviendrait jamais à empêcher de couler, à ces futures nuits de solitude ou à ce merveilleux corps qu'il ne toucherait peut-être jamais plus.

Ce soir, il pensait à eux. Rien qu'à eux. Chacun de leurs visages défilait dans son esprit, alors qu'il posait faiblement une main sur la poignée. Le messager imaginait déjà leurs beaux sourires s'évanouir, leurs sublimes regards s'assombrir et leurs frêles épaules s'affaisser. Mais, plus que tout, ils visualisaient leurs doigts accusateurs pointés sur lui. Le traître. Le coupable. Celui qui était encore là.

Mesurant pleinement les conséquences de ces actes, il ne bougea toujours pas d'un pouce. Par peur de perdre ce pour quoi ils s'étaient tous battus. Par crainte de voir leur rêve partir en fumée. Par inquiétude de décevoir tous ceux qui les avaient toujours soutenus. Et peut-être aussi, il fallait l'avouer parce que l'angoisse de retomber dans l'anonymat était plus forte que tout. Le brun le savait, demain tout serait différent. Si seulement, nous étions encore à hier et que demain puisse encore être un jour comme les autres...

La sonnerie stridente de son téléphone intervint comme un rappel à l'ordre.

From : Teukie
Si tu ne te décides pas à entrer, c'est moi qui viens te chercher.


Perspicace ce leader... Rien d'étonnant, ils les connaissaient tous comme s'ils les avaient fait. A l'image d'un enfant qui aurait fugué de la maison, Donghae se prépara à entrer, tête baissée, encore trempé par la pluie qui les avait surpris pendant leurs adieux. La pauvre petite chose pénétra dans le hall d'entrée, plongé dans le noir. Sans prendre la peine d'allumer l'interrupteur, il poursuivit lentement sa route vers le couloir menant à la cuisine. Le petit filet de lumière tracé par l'embrasure de la porte du fond lui indiquait qu'il y avait du monde à la maison. Sûrement tout le monde.

«  Tu sais que si, un jour... Je ne dis pas que ça arrivera bien sûr. Mais si un jour, par malheur, il m'arrivait quelque chose, tu sais que les autres seront toujours là pour toi. Tu le sais n'est-ce pas ? »

La voix douce et rassurante de Hyuk Jae résonna à ces oreilles. Comme s'il était là. Encore là. Tout près.

« - Pourquoi tu dis ça ? Pourquoi tu penses qu'il va t'arriver quelque chose ? »

Il se souvint de sa voix déformée par l'inquiétude lorsque son amour avait parlé de le quitter.

«- Je n'ai pas dit ça Hae... Je veux juste que tu le saches, c'est tout. Je ne te laisserai jamais, c'est certain. Mais, parfois la vie peut prendre un tournant...inattendu. »

Une larme perlait déjà aux coins des beaux yeux sombres et profonds du petit brun, réalisant à quel point cette minuscule phrase, glissée dans une conversation anodine, avait présagé des événements à venir. Mais, son ange blond avait raison : au final, eux étaient toujours là. Mais pour combien de temps encore ? Qui sait si une cette trahison involontaire ne mettrait pas un terme à ces précieuses années d'amitié ? Et quand était-il de son « complice » ? Lui, il ne voulait pas le voir. Il n'avait pas encore la force de l'affronter.

Le mal de tête qui le gagnait l'empêchait de réfléchir, le ralentissant dans sa marche. Donghae eut l'impression qu'atteindre cette fichue porte lui avait prit des siècles. Mais, encore une fois, il s'immobilisa, une main sur la poignée froide. Aussi froide que la voix du leader qui lui parvint de l'autre côté de la porte :

- Ma patience a des limites Donghae... On t'attend. 

Le jeune homme d'à peine 26 ans avait signé son arrêt de mort. En cet instant, il ne put s'empêcher de songer que la mort eut été un agréable châtiment comparé à l'avenir qui se profilait. Le son que fit la porte en se refermant derrière lui poussa tous les membres présents à lever les yeux dans sa direction. Seules les minuscules pupilles d'encre du maknae fixaient obstinément le sol, alors que ses joues prenaient une légère teinte pourpre. Rien d'étonnant pensa le nouvel arrivant.

Leeteuk était assis au bout de la grande table. Kangin se tenait à à ses côtés et n'avait, en cet instant, plus la moindre envie de plaisanter. L'effervescence qui régnait habituellement en ces lieux avait laissé place à un silence de mort, les regards de chacun oscillant entre tristesse et interrogation. Avec toute la précaution du monde, Donghae fit quelques pas et se posta devant le leader, le visage crispé. Le brun n'avait jamais eu l'occasion (et il s'en félicitait) de se retrouver face à un tribunal. Pourtant, il était persuadé pouvoir comprendre les sentiments d 'un accusé appelé à la barre, accablé par les regards assassins des victimes et écrasé sous les reproches de ses juges.

Donghae ne supportait plus de les regarder. Les petits yeux perçants du leader et de son acolyte. Les larmes qui coulaient sur les visages angéliques de Sungmin et Ryeowook. Les pupilles étonnement pleines de lucidité de Yesung. Les mains de Siwon jointes dans une prière muette. Le regard inquisiteur d'Heechul, trop calme pour être vrai. La mine peinée de Shindong, l'éternel optimiste. Et Kyuhyun... Des expressions et des gestes qui lui brisaient le cœur et alimentaient davantage son sentiment de culpabilité.

- Alors ?

La voix monocorde et sans vie du leader brisa le silence. Alors quoi ? Comment Donghae était-il supposé le formuler ? Son corps trempé et ses traits tirés ne parlaient-ils pas pour lui ? Les regards de certains de ses camarades changèrent, espérant peut-être un retournement de situation inattendu. Le coupable ne pouvait les faire languir plus longtemps. Il ne pouvait les achever plus qu'ils ne l'étaient déjà de ne pas savoir.

- Il est parti. Et il ne reviendra pas.

Et je suis parti avec lui voulut-il ajouter. Ce dernier baiser d'adieu m'a ôté la vie. Mon âme s'en est allée alors que je l'ai vu s'éloigner sous la pluie battante.

Ces quelques mots lui parurent résumer à eux seuls la situation. Bien sûr, l'histoire était bien plus compliquée mais le dénouement restait le même. Les dernières lueurs qui perduraient dans les pupilles des Super Junior s'éteignirent. Les sanglots de Sungmin et Ryeowook redoublèrent alors que le leader se levait sans bruit. Alors que le plus vieux s'approchait de lui, Donghae craignait le pire. Qu'allait-il lui faire ? Le frapper ? Le mettre dehors ? Il ne voulait pas les quitter. Jamais. Être roué de coups par leur meneur valait toujours mieux que ne plus les avoir à ses côtés. Avant qu'il n'ait le temps de faire le moindre geste, il sentit les bras de Leeteuk l'entourer dans une étreinte douloureuse.

- Donghae... commença Leeteuk après un silence insoutenable. Je sais que son départ est encore plus dur à supporter pour toi. C'est pour ça que je ne te blâmerai pas. Toi au moins, tu es encore là.

Le petit brun vint nicher son visage dans le cou de son aîné. S'il était conscient d'être pleinement responsable, il avait terriblement besoin d'être réconforté. Les paroles de Leeteuk auraient pu tenter de le rassurer mais Donghae ne put s'empêcher de réaliser qu'il ne savait pas tout.

- Je suis d'accord avec Teuk... intervint alors Kangin, se levant à son tour, le regard oscillant entre colère et compassion. Mais, je voudrais bien savoir pourquoi il s'est fait la malle ? Ce n'est pas son genre !

- Ça c'est sûr... plus froussard tu meures ! Ne put s'empêcher d'ajouter Heechul, un sourire narquois naissant sur son visage androgyne.

Les éclairs que lancèrent les yeux baignés de larmes de Ryeowook eurent le mérite de clouer le bec à ce crétin d'Heechul, qui, encore une fois, aurait mieux fait de ne pas l'ouvrir. Donghae, quant à lui, avait parfaitement entendu la question de Kangin, mais il n'avait pas la moindre envie d'y répondre.

- Donghae... l'interpella le grand brun à la silhouette franchement intimidante.

Le leader avait desserré son étreinte malgré la réticence de son cadet. Ce dernier fut forcé de lever les yeux vers un Kangin qui s'approchait dangereusement, prenant des airs d'enquêteur prêt à tout pour connaître la vérité.

- Donghae...appela-t-il à nouveau, son regard d'ébène rencontrant celui apeuré de son vis-à-vis. Que t'a-t-il dit en partant ?

A présent, le reste des Super Junior tendaient l'oreille, chacune de leurs expressions convergeant vers une appréhension plus que visible.

- Qu'il était désolé... et que... qu'il avait besoin de réfléchir. Il a demandé à ce qu'on l'oublie ou du moins...pour quelques temps.

Ce n'était pas tout à fait un mensonge. Parmi les paroles déchirantes que l'homme qu'il aimait lui avait balancé à la figure, il avait cru comprendre à quel point il regrettait et surtout à quel point il souhaitait disparaître. Toutefois, pendant ce dernier face-à-face, Hae était resté dans un état second, incapable d'accepter les sons qui parvenaient à ces oreilles, comme si l'arrêt brutal des battements de son cœur l'avait coupé de la réalité.

- Et réfléchir à QUOI au juste ? S'écria Heechul, levant les yeux au ciel. Il est mignon lui, il veut se la faire « je suis un rebelle, je fugue et je veux que personne ne me retrouve ! ». Ça va cinq minutes ! Il n'a plus quatre ans et surtout il a tout un groupe derrière lui !


La diva déclama son discours de la façon la plus théâtrale qui soit, son visage prenant successivement des teintes suspectes et son corps étant brusquement pris de tremblement. Pourtant, personne n'osa l'interrompre. Peut-être parce que les jeunes hommes adhéraient à sa façon de penser. Peut-être aussi parce que le spectacle qui se jouait devant eux prenait des airs de film d'épouvante. Siwon rattrapa pourtant l'excité de justesse, alors qu'il s'apprêtait à fondre sur Donghae, cherchant sûrement à punir le coupable qui lui paraissait le plus tentant. Le plus musclé des Super Junior l'entoura de ses bras, prononçant à son oreille des paroles qui devaient être des plus efficaces car la petite boule de nerfs semblait se calmer.

- Et où compte-il partir au juste ? Poursuivit tout de même Heechul sur un ton des plus sarcastiques. Ya-t-il un endroit en Corée où personne ne sache qui il est ? Les fans ne tarderont pas à retrouver sa trace de même que la presse. Dès que ces enfoirés de journalistes sauront que Hyuk a disparu, ils ne feront qu'une bouchée de nous...

Le jeune homme aux traits toujours aussi féminins lorsqu'il était en colère n'avait pas tort. Hyuk Jae n'était pas n'importe qui. Il ne pouvait plus sortir dans la rue sans être immédiatement reconnu et assailli par des hordes de fans. Ces derniers avaient une sorte de sixième sens, parfois Donghae avait même l'impression qu'ils savaient où ils seraient avant même que les Super Junior n'aient songé à s'y rendre. Si ces pensées rassuraient notre petit ange, elles eurent aussi le mérite de l'inquiéter. Il connaissait parfaitement Hyuk Jae, s'il voulait s'enfuir, il réussirait, peu importe comment il s'y prendrait.

- Ils sont tout le temps à l’affût d'un faux pas de notre part. Et si cette fois.... commença Shindong, des larmes commençant à perler aux coins des yeux, ce qui n’ôta rien à l'éternelle sympathie qu'il dégageait.

- Du calme, les enfants...Du calme ! Intervint le leader, toujours près de Donghae, faisant face à ceux qu'ils considéraient comme sa progéniture.

- Ce...c'est ma faute... Je..j'ai...tenta le petit brun, les lèvres pincées et le regard semblable à celui d'un chiot apeuré, auquel personne, jusque là, n'avait su résister.

- TU AS QUOI ? Vociféra pourtant Heechul, apparemment hermétique à la détresse de son cadet.

Donghae écarquilla les yeux, plus que surpris. Il détestait le conflit, et surtout quand un de ses meilleurs amis était concerné. Mais il ne pouvait l'éviter cette fois-ci. Chacune des paroles que son fidèle allié lui crachait littéralement au visage l'accablaient plus qu'il ne l'était déjà. Il voulait que tout cela cesse, il désirait tout oublier, il aurait tout donné pour aller se reposer... et pourquoi pas ne jamais se réveiller.

- Tout doux, ça ne sert à rien de lui hurler dessus ! Le prévint le leader, les yeux plein de reproches. Tu vois bien qu'il est déjà mal.

Même dans les pires situations de crise, le plus vieux d'entre eux les couvait comme une véritable mère. Si loin de leur famille respective, les jeunes hommes avaient terriblement besoin de cette présence rassurante, même si certains d'entre eux peinaient encore à se l'avouer... Le trentenaire au visage enfantin lui rappelait parfois son propre père qu'il rêverait de voir apparaître devant lui, comme si toutes ses années de deuil n'avaient été qu'un long cauchemar. Ses mauvais rêves n'étaient pas prêts de le quitter désormais...

- Avant toute chose, tu es trempé, continua leur mère de substitution en détaillant la pauvre petite chose de la tête au pied. Tu vas finir par tomber malade et on a pas besoin de ça...

- Mais, il n'a répondu à ma question ! Hurla de nouveau Heechul, toujours retenu par un Siwon désespéré.

- LA FERME ! Intima Leeteuk qui était maintenant à bout. Je vais aller chercher une serviette pour Hae et en attendant je veux que tu te CALMES ! Quand je reviens, on continuera de...

- Laisse j'y vais ! le coupa Kyuhyun, qui levait les yeux pour la première fois, en prenant soin de ne pas croiser ceux du petit brun.

Il partit en trombe vers la salle de bain, chacun des Super Junior tombant des nues. Jamais le maknae n'aurait eu une telle attention pour l'un deux. Ou du moins pas avant de les avoir gratifié d'une remarque cinglante. Il existait donc bien des secrets au sein du groupe, et peut-être même bien plus qu'ils ne le pensaient. Toutefois, le leader ne s'en formalisa pas, et les autres mirent cette attitude sur le compte du départ précipité de Hyuk Jae.

- Ça faisait quelques temps que Hyuk me paraissait louche...enchaîna Kangin, l'air perplexe. Mais de là à tout quitter comme ça, du jour au lendemain, je ne comprends pas. Est-ce qu'il mesure les conséquences sur le groupe ? Hangeng et Kibum sont presque devenus des fantômes. Henry et Zhoumi ne sont même pas considérés comme des membres officiels....

- Ce n'est pas comparable... fit remarquer Shindong dans un sanglot.

Shindong n'avait pas tort pensa Donghae. Les départs successifs et l'arrivée de nouveaux membres avaient été de véritables épreuves, mais ils avaient su les surmonter. Le groupe avait su en tirer sa force, palliant l'absence de ses camarades par leurs efforts et le soutien inconditionnel de leurs fans. Mais, la fuite de Hyuk Jae, qui n'avait rien d'un caprice, serait bien plus dure à gérer. Sur le plan professionnel s'entend...

- Sans compter que le milieu ne nous a pas vraiment à la bonne depuis que vous...

Par vous, il entendait évidemment Donghae et Hyuk Jae. En effet, il avait bien fallu officialiser leur relation, même après avoir réussi à se cacher pendant plusieurs années. Leur petit jeu de cache-cache avait fonctionné un temps, mais les autres membres n'étaient pas dupes. En cet instant, les regards vides des jeunes hommes indiquaient que chacun était reparti à cette époque. A la joie de voir leurs meilleurs amis pleinement heureux avait succédé le torrent de reproches des journalistes assoiffés de scoops et la colère de certaines fans pas franchement prêteuses. Le scandale s'était bien vite essoufflé et ce qui apparaissait autrefois comme une trahison était devenu une habitude des plus naturelles.

- Il me manque déjà... murmura Ryeowook dans un souffle, brisant le silence imposé par le souvenir.

Yesung qui le serrait contre lui depuis le départ, lui caressa tendrement la joue, la lueur de folie habituelle éclairant ses beaux yeux noirs.

- C'est vrai que de ne plus les voir collés ensemble 24h/24 et ne plus entendre les murs trembler la nuit, ça va faire un gros changement ! Ajouta simplement ce dernier, un sourire béat naissant sur ses lèvres, totalement inconscient du caractère déplacé de sa remarque.

- JONG WOON-AH! Le coupa Ryeowook, le condamnant au silence par son regard affligé.

Le petit être étrange qui leur servait de leader vocal haussa simplement les épaules avant de reposer son menton sur l'épaule de son ami.

- Je sais que vous avez tous le sentiment d'avoir perdu un frère...poursuivit le leader, préférant passer outre cette intervention lunaire. Mais, au point où nous en sommes dans notre carrière, la perte d'un membre n'est pas une chose à prendre à la légère. Et un de nos danseurs principaux qui plus est !

- Voire les deux danseurs principaux... railla Heechul, perdant son sourire. Désolée Hae ce n'est pas contre toi, jugea-t-il, contre toute attente, de rajouter, mais nous savons tous que tu ne te remettras pas si facilement...

- Alors vous voulez dire que...que c'est la fin des Suju...comme ça ? S'indigna Sungmin, le corps secoué de sanglots.

Cette remarque eut l'effet d'une douche froide. Les mots que personne n'avaient eu le courage de prononcer jusque là émanèrent du sensible Sungmin, rendant réelle ce qui n'était alors qu'une simple supposition. Fallait-il vraiment en arriver là ? Leur beau rêve allait-il s'évanouir aussi vite qu'il avait fait son apparition ?

- On ne dit pas ça Minnie... tenta de le rassurer Siwon, les yeux plein de tendresse mais empreints d'une inquiétude non dissimulée. On ne sait pas encore ce qui arrivera demain Si Hyuk ne réapparaît pas, et on dirait qu' il n'en a pas l'intention, nous allons devoir essayer de nous en sortir sans lui.

- Moi je ne vous abandonnerai jamais, quoi qu'il arrive, ajouta Leeteuk, s'inclinant légèrement. En tant que leader, j'ai failli à mon rôle, nous avons perdu un membre, un ami, un frère. Je m'engage à faire de mon mieux pour qu'on traverse cette mauvaise passe.

Si seulement tout était si simple songea Donghae. Les belles paroles de ses camarades, même s'il voulait y croire de toute son âme, faisaient fi de la réalité, de la folie du monde dehors, des questions sans réponses qui finiraient par avoir raison de leurs longues années de labeur.

- Je voudrais que tout ça ne soit qu'une farce. Qu'il réapparaisse avec son sublime sourire et qu'il nous annonce qu'il nous a bien eu... se lamenta Sungmin, laissant son corps glisser contre le mur sur lequel il était adossé un peu plus tôt.

- Comme nous tous Minnie... continua Kangin, dont la relation avec Hyuk Jae avait pu connaître des hauts et des bas. Connaissant Hyuk, son amour pour son métier et pour le groupe, il n'a pas pris cette décision innocemment. Et encore une fois, je me demande bien ce qui l'a poussé à faire ça.

Le grand brun lança une nouvelle fois son regard inquisiteur sur Donghae, qui se sentit pris au piège. Il s'était préparé à cette confrontation mais les mots restaient encore une fois bloqués au fond de sa gorge.

- Ne le regarde pas comme ça ! S'il s'agit d'une histoire de couple, ça ne nous regarde absolument pas ! S'insurgea Sungmin, la tête contre mur et les paupières closes.

- Mais cette fois-ci, nous sommes TOUS concernés ! Argumenta Kangin, défiant le petit blond du regard.

- CA SUFFIT !

Le maknae était de retour, sa fine silhouette se détachant dans l'encadrement de la porte, une serviette à la main. Personne ne fit de remarques sur les longues minutes qu'il lui avait fallu pour ramener une simple serviette. Kyuhyun était là depuis un bon moment n'avait tout simplement pas osé entrer, Donghae en mettait sa main à couper.

Le nouvel arrivant marcha à grands pas vers le jeune homme trempé, suivi du regard par l'ensemble des présents. Il entreprit de sécher les cheveux du petit brun, qui se raidit immédiatement au contact du plus jeune. Donghae lui prit la serviette des mains dans un geste qui lui parut brusque. Kyuhyun lui lança un regard déchirant, l'air profondément blessé. Cet échange de quelques secondes n'échappa pas aux membres des Super Junior, étrangement silencieux. Les pupilles brillantes de larmes, les visages crispés, les longs soupirs de chacun soutenaient l'atmosphère plus que tendue qui régnait à présent dans la pièce.

- Moi, je vais vous le dire... sembla se résigner le leader, évitant soigneusement Donghae du regard.

Deux paires d'yeux s'arrondirent comme des billes, manifestant l'étonnement de leurs propriétaires dont on ne doute pas de l'identité. Comment Leeteuk était-il au courant ?

(Fin du flash-back)


Le souvenir de cette terrible nuit, survenue quelques mois plus tôt, lui avait arraché des larmes qui désormais dévoraient son beau visage. Soudain, il sentit des bras entourer ses épaules dans une étreinte chaleureuse. Quand Sungmin était-il venu s’asseoir à ses côtés ? Il s'en fichait, la magie opérait une nouvelle fois. La simple présence du petit blond l'apaisait, comme elle avait pu le sauver lors de ces nuits baignées de cauchemars. Donghae lui adressa un faible sourire qui, il l'espérait, manifestait toute sa gratitude. Sungmin lui fit un petit clin d’œil discret, signe que le message était passé. Se soutenant mutuellement, les deux amis fixèrent en silence la porte qui leur faisait face de les pupilles étincelantes, se joignant à l'ensemble des Super Junior.

Cette dernière s'ouvrit dans un grand fracas, le cœur des jeunes hommes ratant un battement. La chevelure nouvellement blonde du leader apparut, le cœur des jeunes hommes ratant un deuxième battement. Leeteuk se planta devant eux, droit comme un i, le visage grave. Peu à peu, ses lèvres crispées se muèrent en un sourire franc, faisant ressortir ses adorables fossettes. Le cœur des jeunes hommes reprit un rythme normal. Les mots étaient inutiles, le visage angélique de leur seconde mère respirait la victoire. Victoire !

Donghae avait, comme chacun des Super Junior, le sourire aux lèvres. Son sourire contagieux qui lui avait valu la sympathie de tous. Mais, derrière cet air béat se cachait des pensées beaucoup plus noires. Cette victoire anéantirait-elle tous ces mois de lutte ? Cette victoire signifiait-t-elle oublier tout espoir en ce qui concernait Hyuk Jae ? Le brun ne put s'empêcher de penser que Hyuk lui en aurait voulu d'abandonner aussi facilement... Pouvait-on réellement crier victoire si vite ?

********

«  Dans cet endroit où mes pieds se posent. 
Dans cet endroit où je m'arrête. 
Cette paix passagère m'envahit et je m'y habitue. 
Tenté par l'idée de rester plus longtemps, je m'assois 
Mais la route devant moi semble encore longue. »
Walkin', Super Junior

Kim Hae Ri

Souvent, on voyage pour découvrir qui on est. Ou pour oublier qui on a été. On parcoure le monde en espérant trouver quelque chose de mieux, quelque chose qui nous fasse vibrer, quelque chose qui nous fasse nous sentir en vie. Fuir paraît toujours être la solution. Partir à l'aventure semble toujours plus excitant. Mais, voyager c'est également emporter son passé avec soi. La raison de notre fuite ou le prétexte à notre retour.

Face aux premières lueurs de Séoul, la jeune coréenne, accoudée à l'avant du bateau qui dérivait en direction de la capitale, les yeux perdus dans l'immensité bleue, était une de ces fugueuses. Une de celles qui porte son passé sur ses épaules comme un poids bien trop lourd. La courageuse a délaissé la tranquillité de son petit coin de terre pour affronter le gigantisme du continent. Les colosses de béton qui s'élèvent à présent à travers les montagnes sombres répandent leurs lumières aveuglantes, chacun semblant chercher à atteindre le ciel avant les autres, créant un mosaïque incohérente de couleurs, synonyme d’effervescence et de perpétuel changement. Face à cette fourmilière qui lui semblait ne pas être à sa taille, Hae Ri se remémora les paroles de sa mère, qui avait longtemps vécu dans cette cité des plus énigmatiques.

A l'appui des images qu'elle voyait dans les livres ou à la télévision, l'ancienne professeure d'anglais lui expliquait qu'il n'y avait pas de vraie Séoul à découvrir derrière un gratte-ciel. Le gigantisme de Séoul fait partie intégrante de son identité, mais il existe deux Séoul, lui avait-elle enseigné. La première, tentaculaire et effrayante, la seconde, dont le plan reste un mystère, parfois effacé par la fureur bétonneuse, est à retrouver au fil des pas. Cette capitale se vivait, selon cette femme d'une grande sagesse, dans le détail, dans les failles, dans les recoins, dans ce paradoxe entre la confidence du quartier et l'anonymat de l'agglomération. Les étoiles qui brillaient dans les yeux de sa génitrice quand elle parlait de cet endroit terrifiant lui donnait envie de le parcourir, dans ses moindres recoins, là où , elle en était certaine, la vérité qu'elle cherchait depuis longtemps, se cachait.

Avant de rencontrer Dong Wook, Hae Ri menait une vie bien morne. Ayant passé le plus clair de son enfance dans une chambre d’hôpital, la jeune insulaire n'avait pas grandi à l'image de ses camarades qu'elle voyait fréquemment jouer devant sa fenêtre, consciente, malgré son jeune âge, de tout ce qu'elle manquait. Les médecins l'avaient déjà condamné, et, étonnement lucide, la petite Hae Ri avait semblé l'accepter. Comme si fondamentalement, elle s'y attendait, comme si elle savait que la mort viendrait la surprendre alors qu'elle avait à peine vécu, voire même pas du tout.

Toutefois, ses parents et son frère n'avaient pas renoncé. Ils désiraient y croire. Que pouvaient-il faire d'autre ? La jolie tête brune ne pouvait pas leur enlever ça. Progressivement, devant la bonne volonté de sa famille qui l'avait ramené chez elle pour mieux s'en occuper, Hae Ri avait commencé à y croire aussi. Son cœur battait faiblement, il menaçait de lâcher à tout moment, mais il battait. Les spécialistes ont ensuite parlé de miracle pour décrire l'amélioration spectaculaire de l'état de celle qui avait atteint l'adolescence, se muant en une créature superbe et pleine de vie. La « miraculée » ne voulait pas croire que le destin s'en était mêlé. Sa courte vie lui avait appris que les plus grands malheurs touchent parfois les plus innocents d'entre nous, mais que chacun faisait de son mieux pour s'en sortir.

Profitant de cette guérison inespérée, Hae Ri avait pu découvrir, avec un peu de retard, tout ce qu'elle avait manqué. Les gens de l'île formaient une seule et même famille à laquelle elle avait su progressivement s'intégrer. Elle avait rencontré ses plus fidèles amis, avec lesquels elle allait faire les quatre cent coups. Kevin, garçon sensible et mystérieux qui avait su lui montrer les plus beaux coins de l'île et qui était toujours à l'écoute. Joon, son meilleur ami, qu'Hae Ri n'avait pas supporté à leur première rencontre mais qui avait pris, au fur et à mesure, une grande place dans sa vie, toujours au rendez-vous pour faire les pires conneries. Leur trio fut bientôt complété par Min et Hyohyeon, deux adolescentes pleines de vies, poursuivant leur rêve de célébrité quitte à passer des heures en salle de danse. Ils étaient tous les cinq entrés au lycée et Hae Ri aurait pu passer, aux yeux d'un inconnu qui l'aurait croisé dans la rue, pour une étudiante dans la norme, des rêves plein la tête et surtout la vie devant elle. Mais, les ambitions de jeunesse se retrouvent souvent déçues, en particulier lorsqu'on vit sur un caillou entouré d'eau, où les opportunités se font aussi rares que les visiteurs. Passées les derniers examens, tous semblaient penser que le continent, qui les avait longtemps effrayé, offrait de belles promesses.

Toutefois, il n'est jamais facile de quitter ses racines, surtout pour un insulaire qui ne connaît rien d'autre que les recoins rassurants d'un endroit qu'il a l'impression de posséder. Hae Ri refusait de quitter son cocon, ce lieu qui l'avait ramené à la vie et qui lui seul pouvait permettre à son cœur de continuer à battre. Ses amis, quant à eux, se laissaient du temps pour réfléchir, contrairement à la jeune fille qui ne put s'empêcher de penser que ce dernier passait bien trop vite à son goût. Pleine de volonté, elle avait entrepris d’hypothétiques études dans la seule université de l'île qui semblait avoir été abandonné lâchement par l’Éducation nationale. Mais, celle qui était passée de fillette perdue à femme forte, travaillait sans relâche, persuadée que ses maigres connaissances lui serviraient un jour. La pétillante Min ne manquait pas de rappeler à son amie, le nez toujours fourrée dans ses bouquins même quand elle l'invitait à ses cours de danse, qu'il ne fallait pas oublier de rêver. Celle qui devenait une toute autre personne dès que la première note de musique résonnait, pensait qu'après avoir connu autant d'épreuves, Hae Ri devait penser un peu à elle.

Les jours s'écoulèrent ainsi jusqu'à l'aube de ses 22 ans. En profitant de cette journée, entourée des gens qu'elle aimait, la célébrité du jour se remémora les regards navrés des médecins qui avaient annoncé à ses parents que leur enfant ne passerait pas la vingtaine. Le sourire que provoqua ce souvenir, Hae Ri pensant avoir vaincu ce foutu destin, se fana bien vite quand la fatalité s'abattit sur elle une nouvelle fois. Ironiquement, la malheureuse racontait qu'elle avait du souffler ses bougies un peu trop fort. En vérité, cette après-midi là, sans prévenir, son petit cœur avait brusquement décidé de s'arrêter. Comme s'il était fatigué d'avoir trop vécu, comme si le dur labeur de la jeune fille l'avait achevé, comme si l'heure était finalement venue. Les prières de ses proches eurent peut être de l'effet ou elle se vit accorder une ultime chance, reste qu'elle s'était réveillée après des semaines de coma. Mais, évidemment, elle n'était plus tout à fait la même. Ou plutôt elle était redevenue l'ancienne Hae Ri. La petite fille apeurée et déçue de la vie qui la rejetait. Un fatal retour en arrière que ne purent enrayer ni les étreintes de ses parents ni les paroles de ses amis de toujours. Un corps sans vie, un cœur à l'abandon, une beauté gâchée. Petit à petit, elle se mura dans un effrayant silence, passant la plupart de son temps seule et arpentant les recoins cachés de l'île à la recherche, qui sait, d'un peu d'espoir. Se sentant profondément trahie par son propre corps, Hae Ri refusait sa vie de femme, ne voulant être un fardeau pour personne, et attendait le moment fatal où son organe cesserait lentement sa course folle.

La jeune femme qui, dans sa détresse, ne perdait rien de sa beauté, de longs cheveux bruns encadrant un visage angélique surmonté de profonds yeux verts légèrement bridés métissage hérité de ses parents), n'avait pourtant pas envisagé qu'elle n'était peut être pas le seul cœur dévasté qui hantait cet îlot...

- Noooooooona ! Il faut descendre !

Les paroles d' Onew la ramenèrent à la réalité. Hae Ri tourna les yeux en direction de son frère, qui était à présent devenu un très beau jeune homme, et ne put s'empêcher de le serrer dans ses bras. Par son étreinte, elle espérait lui transmettre toute sa gratitude. Son cadet parut surpris de ce soudain accès d'affection mais l'enlaça tout de même, convaincu de la sincérité de sa grande sœur. Sentant son aînée sur le point de craquer une nouvelle fois, Onew lui demanda gentiment de le lâcher.

- Bon, assez de sentiments pour ce soir ! Railla-t-il, un sourire moqueur naissant sur ses lèvres. Il est déjà tard. On vient d'arriver à quai et Minho nous attend, il vient de me passer un coup de fil.

De ce qu'elle avait compris, Minho était un ami de son cadet. Comment l'avait-il connu ? Aucune idée, mais ce qui comptait, c'était que ce charmant jeune homme avait accepté de les héberger quelques jours, le temps qu'il trouve mieux. Toutefois, Hae Ri n'avait nullement l'intention de s'attarder, chez un inconnu qui plus est, détestant plus que tout passer pour une assistée. Dès leur arrivée, la jeune insulaire tenterait de trouver du travail et de leur dénicher un logement décent. Repensant aux paroles de sa mère, elle choisit de croire que Séoul puisse être une ville accueillante malgré ses airs menaçants.

Quelques minutes plus tard, le bateau accostait, le frère et la sœur étant incapables de détacher leur regard de l'endroit qui les accueillait. Tous deux y voyaient un nouveau départ, un moyen de prendre leur revanche sur la vie qui n'avait pas toujours été tendre avec eux. Main dans la main, nos deux aventuriers atteignirent bien vite le quai, bousculés par nombre d'inconnus qui cherchaient leur chemin.

Retrouvant sans peine Minho, qui se révélait être un adolescent réellement sympathique, au sourire contagieux et aux au regard espiègle, les trois prirent le chemin des hauteurs de Séoul. Hae Ri était trop émerveillée par ce qu'elle voyait pour ressentir une quelconque appréhension. Cette ville grandeur nature, comparée aux paysages paisibles de sa terre natale, était fascinante. Contemplant les rues qui défilaient à travers les vitres d'un bus qui filait à toute allure, elle ne remarqua pas non plus les regards insistants de Minho. Au bout de quelques minutes, Hae Ri finit par se sentir légèrement observée et chercha le coupable des yeux. Le jeune brun assis en face d'elle lui adressait un sourire ravageur, en la détaillant de la tête aux pieds.

-Un problème ? Demanda Haeri, gênée par l'attitude d'un homme qu'elle connaissait à peine.

- Aucun, répondit l'intéressé du tac au tac, sans oublier de pouffer de rire le moins discrètement du monde.

Sans quitter la jolie brune des yeux, Minho fit un léger coup de coup à Onew, assis à ses côtés, la tête dans les nuages.

- Je savais que vous n'étiez pas du continent...mais là ta sœur, elle vend du rêve !

- T'exagères ! Plaida l'insulaire, l'air gêné.

Comment ça elle « vendait du rêve » ? N'ayant jamais entendu cette expression, elle ne sut dire si Minho se moquait d'elle ou l'admirait. Certes, Hae Ri ne ressemblait en rien à ces sublimes coréennes, filiformes et élégantes, qui arpentaient les interminables avenues de Séoul. Quel intérêt ? Elle préférait être à l'aise dans des vêtements simples et n'avait jamais cherché à s'occuper de ses cheveux. Avait-elle vraiment l'air de débarquer de l'autre bout du monde ?

Après tout, il n'y avait qu'une seule personne à qui la jeune fille voulait plaire. Mais, il n'était plus là pour lui dire qu'elle était belle, il n'était plus là pour la faire se sentir belle et il n'était plus là pour qu'elle ait envie de paraître belle. C'est bien ça, Hae Ri n'était là pour plaire à personne. Et ça lui allait parfaitement.

- Et bien au moins je te donne le sourire ! Railla-t-elle, ne manquant jamais de répartie.

Cette remarque eut le mérite de clouer le bec à l'insolent. La fin du trajet se déroula dans un silence pesant, seulement troublé par les tentatives d'excuse du petit frère qui ne savait plus où se mettre. Onew avait presque forcé Hae Ri à l'accompagner, mais il n'aurait jamais pu faire le voyage seul. Mine de rien,le petit trouillard avait fait une promesse à son aînée et il avait bien l'intention de la tenir. Peut-être pensait-il, qu'après l'avoir suivi à la trace pendant vingt trois longues années, la malchance aurait la bonne idée de l'oublier quelques temps.

L'appartement où vivait le dénommé Minho n'était pas d'un luxe absolu. Mais, ce dernier expliqua bien vite à la petite famille les difficultés pour se loger à Séoul, qualifiant de privilège la possibilité pour un pauvre étudiant comme lui de vivre par ses propres moyens. Hae Ri et Onew apprirent bien vite que leur hôte combinait les cours à l'université et un nombre incalculable de petits boulots pour parvenir à boucler les fins de mois (ce qui arrivait rarement). Forcés de tous dormir dans l'unique pièce de la modeste demeure, située dans les hauteurs de la capitale coréenne, Hae Ri eut bien du mal à s'endormir ce soir-là, passant en revue les impératifs du lendemain.

Si gagner sa vie était si compliquée dans cette ville immense, elle ne devait pas chômer. Si elle écoutait son cœur, la jeune coréenne ne se consacrerait qu'à sa quête. Si elle n'écoutait que sa raison, la brune devait s'assurer d'avoir un toit et de quoi manger tous les soirs avant de partir à l'inconnu. Ce n'est qu'au petit jour qu'elle parvint à trouver le sommeil, avec la ferme intention de chercher un travail dès le lendemain, encore inconsciente des épreuves qui l'attendaient.

Séoul ne dort jamais. La métropole n'éteint jamais ses lumières et ne manque jamais de monde pour arpenter ses rues. Persuadée d'être tranquille pour explorer son quartier, Hae ri se leva très tôt. Pourtant, la petite nouvelle se retrouva perdue parmi les séoulites qui partaient pour le travail ou rentraient d'une soirée arrosée. Elle s'arrêta dans la quasi-totalité des boutiques qui se trouvaient à deux kilomètres à la ronde, sans succès. Soit l'insulaire était trop jeune, soit elle était trop vieille ; soit elle n'avait aucune expérience, soit il n'y avait aucune place de libre.

Midi sonnèrent. Le soleil était au zénith et agressait les passants de ses rayons brûlants. Épuisée par son périple et accablée par la chaleur, Hae Ri chercha désespérément un endroit où se poser quelques minutes.
Les marches situées à l'une des multiples entrées de l'université de Hongik, encombrées par une flopée d'étudiants, lui suffiraient. Elle ne put s'empêcher de réaliser à quel point sa vie estudiantine lui manquait, à quel point cette époque bercée par l'insouciance et les rencontres était déjà loin.

Envahie par la nostalgie, la dernière image de Kévin dont la silhouette s'évanouissait dans le brouillard matinal passa devant ses yeux et ses ultimes paroles lui revinrent en mémoire. Sa musique. Voilà ce dont elle avait besoin. S'exécutant, elle sortit le petit objet de son sac et plaça délicatement les écouteurs à ses oreilles. Son ami devait vraiment vouer un culte sans limite à ce groupe, que la jeune coréenne venait à peine de découvrir, pour passer des heures à les écouter. Pourtant, plus elle entendait ses sublimes voix, aussi harmonieuses qu'uniques, plus Hae ri mourrait d'envie d'en savoir plus. Elle avait l'impression d'être proches d'eux même si leurs visages lui demeuraient inconnus. Si le nombre impressionnant de membres l'avait effrayé au départ, chacun d'eux lui paraissait désormais indispensable. Comment pouvait-elle parler si familièrement de personnes qui ignoraient jusqu'à son existence ? Elle n'en avait pas la moindre idée, mais cette voix gracieuse et déchirante qui lui chantait à quel point elle était belle dans un anglais plus qu'approximatif parvenait aujourd'hui à lui redonner le sourire. Fermant les paupières, elle profita de ce court répit et finit par s'assoupir.

Une douleur vive dans son épaule droite la réveilla brutalement. Les voix apaisantes avaient disparu, la mélodie s'était évanouie. Quelqu'un venait apparemment de la bousculer, à en juger par les prunelles écarquillés qu'elle rencontra en ouvrant les siennes, encore un peu sonnée.

- Eonnie, je suis désolée ! Ça va aller ?

- Je...je crois, répondit Hae ri, en se massant légèrement l'épaule.

La jeune coréenne détailla l'étudiante qui lui faisait face, le visage rongé par l'inquiétude. Elle était ni trop grande, ni trop petite. Le joli arrondi que formait son visage était éclairé par ses prunelles qui, elle put maintenant l'observer, oscillaient entre le brun et le vert et elle arborait un sourire enjoué. La légère teinte rousse de ses cheveux qui retombaient en petites boucles sur ses épaules acheva de la convaincre que son vis-à-vis n'avait rien du physique classique des habitants du pays du Matin calme. Pourtant, sa cadette s'adressait à elle dans un coréen irréprochable.

- Eonnie, je crois que tu as fait tomber ça !

Hae ri put apercevoir son baladeur mp3, franchement amoché, dans les mains de la rouquine.

- C'est pas vrai ! Il va me tuer...

- Qui ça ? Demanda l'étudiante, décidément bien curieuse et nullement décider à partir.

- Personne...répondit son aînée, après avoir récupéré le précieux objet.

- J'ai vu que tu écoutais les Suju ! T'es une ELF toi aussi ? Enchaîna la plus jeune sans broncher.

Peut-être qu'elle n'était vraiment pas coréenne après tout. En une phrase, l'inconnue avait réussi à la perdre. Suju ? ELF ? Qu'est-ce que ces mots pouvaient bien signifier ? Pour toute réponse, Hae ri fit les yeux ronds, l'air franchement perdu.

- Toi, tu débarques ! Railla son interlocutrice. Ne me dis pas que tu ignores qui sont les Super Junior ? C'est vrai qu'en ce moment, ce n'est pas la joie pour eux mais...

- Plus depuis quelques jours... avoua Hae Ri, sentant qu'elle avait décidément encore bien des choses à découvrir.

- Vraiment ? Mais d'où tu viens ? Se renseigna l'étudiante avec un petit sourire que l'insulaire aurait qualifié de moqueur.

- Sindo*... lâcha Hae ri dans un souffle, comme s'il s'agissait d'un grand secret.

- Je comprends mieux... Quoi qu'il en soit, enchantée la nouvelle, moi c'est Lisa ! Yoon Lisa, déclara fièrement la jeune fille en s'inclinant légèrement devant son aînée.

- Et moi Hae Ri. Kim Hae Ri, répondit-elle simplement, à la fois impressionnée et effrayée de trouver une adolescente aussi sociable dans l'anonymat et la froideur de cette grande ville. Ton prénom n'est pas coréen je me trompe ? Poursuivit-elle, piquée par la curiosité.

- En fait, mon père est coréen mais ma mère est française ! Je suis venu ici pour étudier les langues et aussi pour découvrir le pays de mon paternel, admit Lisa, pleine d'assurance.

- Je suis également née d'un mariage mixte, confia Haeri, amusée par la coïncidence. Ma mère est anglaise et mon père coréen.

- Décidément on a plein de points communs Eonnie ! se réjouit Lisa, un immense sourire naissant sur ses lèvres. Bon, tu ne sais pas qui sont mes Suju, mais au moins tu les écoutes !

- M...merci, répondit l’aînée, ne trouvant rien d'autre à dire.

Lisa jeta un coup d’œil à sa montre, son sourire se muant vite en une grimace. Elle semblait hésitante et plongée dans d'intenses refléxions.

- Bon, Eonnie. Je dois y aller, je vais être en retard au travail ! Mais, j'aurais beaucoup aimé continuer à discuter avec toi. Tu as quelque chose à faire, là, tout de suite ?

Hae Ri réfléchit un court instant. A part se faire jeter de tous les endroits où elle cherchait un moyen de gagner sa vie, lutter contre la chaleur et se ruiner les pieds, non elle n'avait rien de prévu.

- Non, rien.

- Alors tu vas m'accompagner ! Le café n'est pas très loin, on peut y aller en métro ! Assura la rouquine, pointant du doigt la station de métro toute proche.

- Le...le métro. Mais, je n'ai jamais pris le métro, je...je ne peux pas... articula faiblement la plus âgée, consciente d'être parfaitement ridicule.

Tout sauf le métro. Même si cela signifiait marcher pendant des heures, Hae Ri avait une peur panique de ce monstre sous terre. Bien qu'elle ne l'ait jamais emprunté, l'insulaire se voyait déjà perdue dans les dédales de couloirs et larguée devant des panneaux indéchiffrables. Pour la jeune coréenne, ce moyen de transport faisait partie de l'aspect tentaculaire de Séoul que sa mère craignait également. Une telle phobie en aurait fait rire plus d'un, mais Hae Ri n'était décidément pas comme les autres.

- A ce point-là ? Se moqua Lisa, se retenant de rire. Ne t'inquiètes pas, je vais te guider. Et puis, ça n'a rien de sorcier tu verras !

Sans que la brune n'ait le temps de formuler la moindre objection, la rousse lui prit le bras pour l'entraîner vers la bouche de métro. Avant qu'elle n'ait le temps de réaliser ce qui lui arrivait, Hae ri se retrouva assise dans une rame, savamment guidée par sa nouvelle amie qui connaissait visiblement l'endroit comme sa poche. Tentant de garder son calme, Hae Ri préféra fermer les yeux.

- Ca va aller ? Il ne va rien t'arriver tu sais ! Assura Lisa, prenant conscience de l'angoisse de la jolie brune.

- Alors, c'est quoi cette histoire d'elfes ? Enchaîna Hae Ri sans répondre, persuadée que faire la conversation la calmerait.

- Pas des elfes. Les E.L.F. Ever Lasting Friends. C'est le nom des fans des Super Junior.

Il existait même des noms pour ça maintenant ? D'abord tentée de se moquer d'un nom aussi stupide que celui du groupe lui-même, Hae ri fut bien forcée de reconnaître qu'ils n'auraient pas pu trouver mieux. Derrière ces voies extraordinaires, elles devinaient des personnalités uniques qui lui donnait envie de devenir leur amie. Comme elle en avait fait la remarque un peu plus tôt, leur musique invitait à les connaître tels qu'ils étaient, à pénétrer dans leur monde, à former une seconde famille. Elle sourit de ses refléxions abracadabrantesques.

- Tu ne trouves pas que c'est le nom idéal ? Moi, je trouve que les fans coréens n'aurait pas pu trouver mieux, admit Lisa, faisant écho aux paroles de sa voisine, des étoiles pleins les yeux.

Hae Ri venait à peine de rencontrer la jeune fille, mais elle put sentir la profonde sincérité qui émanait de ses paroles. Elle pouvait apprécier l'amour inconditionnel qu'elle leur vouait, sans pour autant penser que cette idolâtrie relevait du dangereux fanatisme. La petite ELF lui donnait encore une fois envie d'en découvrir davantage, de poser des milliers de questions sur ce monde qui lui était inconnu, de mettre des visages sur ces noms mystérieux. Il y avait longtemps qu'elle ne s'était plus intéressé à ce point à d'autres êtres humains. Hae Ri, perdue dans ses pensées, ne prit pas la peine de répondre.

- Désolée si je t'ennuie avec ça, crut comprendre Lisa. Mieux vaut ne pas me lancer sur le sujet, je pourrais en parler pendant des heures. Ils sont vraiment exceptionnels tu sais ? Insista-t-elle, les prunelles étincelantes.

- J'en ai bien l'impression ! Répondit Hae ri qui arborait un sourire amusé.

- Malheureusement, l'histoire n'est pas si belle que ça... Surtout en ce moment, se lamenta la rouquine, son expression ayant changé du tout au tout.

Ses prunelles trahissaient une indicible tristesse, comme si Lisa ressassait les souvenirs d'une personne récemment disparue.

- Comment ça ? Tenta Hae Ri, étrangement touchée par le changement d'état soudain de la jeune fille qu'elle venait à peine de rencontrer.

- C'est un peu long à expliquer... Si seulement Hyuk n'avait pas... commença-t-elle tout de même, les yeux dans le vide.

City Hall. City Hall.


La voix stridente et venue de nulle part sortit Lisa de sa réflexion, cette dernière se levant d'un bond.

- C'est là ! Viens on descend ! S'écria la plus jeune en tirant Hae ri par le bras pour l'entraîner hors de la rame.

Les deux amies se retrouvèrent en quelques minutes devant le café dans lequel travaillait Lisa. Étant arrivée avec un peu d'avance, la jeune fille proposa à Hae Ri de rester discuter un peu plus longtemps. N'osant revenir sur la conversation qu'elle avait eu dans le métro, l'insulaire questionna la petite rouquine sur sa vie à Séoul et lui avoua son échec cuisant de la matinée.

- Tu cherches vraiment du travail ? On manque de personnel au café, je vais en parler au patron ! Avait proposé Lisa sans hésiter, semblant se rappeler de ses propres mois de galère à son arrivée dans la capitale.

-Décidément je ne sais pas comment te remercier ! D'abord tu m'inities au métro, et ensuite tu m'aides à trouver du travail ! Dut admettre l’aînée, surprise d'avoir autant de chance pour un premier jour.

Puis, la conversation avait dérivé sur des sujets plus personnels. Hae Ri choisit délibérément d'éluder l'existence de Dong Wook ou de parler de son ancienne maladie. Peut-être parce qu'elle s'adressait à une inconnue. Peut-être aussi parce qu'elle avait peur de craquer à nouveau.

- Tu as un petit frère ? Moi j'ai une grande sœur du même âge que toi ! Avait confié Lisa.

- Oui, je l'ai suivi à Séoul. Il vient auditionner pour une grande agence dont le nom m'échappe. Un truc comme SM... je ne sais plus !

- Il auditionne à la SM ? S'écria la plus jeune, soudain pleine d'enthousiasme. Mais, il va peut être rencontrer mon Minnie !

- Je suis censée savoir qui il est lui aussi ? Plaisanta Hae ri, amusée par le comportement de sa cadette.

- Ah oui, j'oubliais... railla cette dernière. Minnie, c'est pour Sungmin, un des membres des Super Junior. Ils font parti de la SM, enfin c'est compliqué... Mais bref, j'espère qu'il se rend compte de la chance qu'il a !

- Je crois que je n'ai pas fini d'entendre parler d'eux en tout cas...

Hae ri avait, comme l'étudiante pleine de vie qui lui avait remonté le moral, le sourire aux lèvres. Son sourire contagieux qu'elle croyait avoir définitivement perdu. Mais, cette petite victoire signifiait-t-elle qu'elle allait pouvoir rester et trouver les réponses qu'elle cherchait ? La brune ne put que se souvenir du souhait de Dong Wook de lui présenter cet être d'exception qui ne quittait jamais ses pensées...

*****

Contenu sponsorisé ||

MessageSujet: Re: [Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3

[Hope is a dream that doesn't sleep - Fanfic NEW] Prologue + Chap 1, 2 et 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
★ 슈퍼주니어 ★ :: ● ELFiction-
Sauter vers: